Les États-Unis pressent le FMI de remplacer DSK

le
0
Le secrétaire au Trésor américain, Timothy Geithner, estime que Dominique Strauss-Kahn n'est «pas en mesure de diriger» l'institution. Le patron de l'UMP, Jean-François Copé, abonde dans ce sens. Pour le Japon, c'est trop tôt.
Les États-Unis s'impatientent. Le secrétaire au Trésor des États-Unis, Timothy Geithner presse le Fonds monétaire international de se doter d'une direction permanente suite à l'arrestation et l'inculpation de son président, Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle et tentative de viol. Le secrétaire au Trésor des États-Unis a estimé que ce dernier n'est «pas en mesure de diriger» l'institution. Or, l'avis des Américains dans la gestion de l'institution est particulièrement important puisque le pays est le premier actionnaire du FMI et que rien ne peut s'y faire sans l'accord des Etats-Unis. En France, certains semblent persuadés que Dominique Strauss-Kahn n'a plus d'avenir au FMI.

De même, à l'issue d'un bureau politique, le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé, a affirmé ce mercredi ne pas «voir comment» Dominique Strauss-Kahn pourrait rester à la tête du Fonds monétaire international, ajoutant que cette question devrait être «réglée dan

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant