Les Etats-Unis ont espionné le premier ministre israélien Benjamin Nétanyhou

le
0
Devant le siège de la NSA, à Fort Meade, dans le Maryland.
Devant le siège de la NSA, à Fort Meade, dans le Maryland.

La Maison Blanche n’a pas démenti les affirmations du « Wall Street Journal », insistant cependant sur l’étroitesse de ses liens avec l’Etat hébreu.

Malgré leur promesse de limiter l’espionnage de leurs alliés après le scandale de l’agence de renseignements (NSA), les Etats-Unis ont surveillé les communications du premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou, a affirmé mardi 29 décembre The Wall Street Journal (WSJ).

Contactée par l’Agence France-Presse (AFP), la Maison Blanche n’a pas démenti l’article, qui cite plusieurs responsables anonymes de l’administration américaine, mais a insisté sur la profondeur de ses liens avec l’Etat hébreu.

« Nous ne conduisons pas d’activités de renseignement visant l’étranger sauf en cas d’intérêt spécifique et validé relatif à la sécurité nationale. Ceci s’applique aussi bien aux citoyens ordinaires qu’aux dirigeants mondiaux », a déclaré à l’AFP un porte-parole du Conseil de sécurité nationale auprès de la présidence des Etats-Unis. L’ambassade d’Israël n’a pas voulu faire de commentaire.

« Raisons impérieuses de sécurité nationale » Selon le Wall Street Journal, Barack Obama a trouvé que des « raisons impérieuses de sécurité nationale » justifiaient la poursuite du programme de surveillance de certains dirigeants, dont Benjamin Nétanyahou et le président turc Recep Tayyip Erdogan.

L’administration aurait décidé de ne pas retirer ou désactiver les dispositifs électroniques implantés pour surveiller les communications étrangères, car ils auraient été difficiles à remettre en place en cas de besoin. Selon le quotidien, le chef de l’Etat aurait à la place demandé à ce que les...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant