Les États-Unis ne sont «ni la Grèce, ni le Portugal»

le
0
Barack Obama a assuré que les problèmes de la dette aux Etats-Unis n'étaient pas aussi graves que ceux qui menacent la stabilité de la zone euro. Il a néanmoins déclaré que «le temps presse pour un accord sur la dette».

Le président américain Barack Obama a assuré vendredi que les problèmes de la dette aux Etats-Unis n'étaient pas aussi graves que ceux qui menacent la stabilité de la zone euro, assurant que s'attaquer au déficit ne nécessitait aucune mesure «radicale». «Contrairement à ce que certaines personnes disent, nous ne sommes pas la Grèce. Nous ne sommes pas le Portugal», a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche.

Néanmoins pour Barack Obama le «temps presse pour un accord sur la dette». «S'ils (les élus, ndlr) me montrent un plan sérieux je suis prêt à bouger», a ajouté le président américain au cours d'une conférence à la Maison Blanche. Il a jugé que le plan des républicains sans hausse d'impôts n'était «pas sérieux» et a dit regretter que «des élus soient bloquer par leur idéologie.»

Idées pour relever le plafond de l'endettement

«De tout évidence, le temps vient à manquer c'est pourquuoi j'ai dit aux membres du Congrès

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant