Les Etats-Unis n'excluent pas de renégocier l'OMC

le
5
Le nouveau secrétaire d'Etat américain au Trésor, Steven Mnuchin, le 18 mars 2017 lors d'une conférence de presse à Baden Baden où se tient une réunion des ministres des Finances du G20 ( AFP / THOMAS KIENZLE )
Le nouveau secrétaire d'Etat américain au Trésor, Steven Mnuchin, le 18 mars 2017 lors d'une conférence de presse à Baden Baden où se tient une réunion des ministres des Finances du G20 ( AFP / THOMAS KIENZLE )

Le nouveau secrétaire d'Etat américain au Trésor Steven Mnuchin a déclaré samedi que les Etats-Unis n'excluaient pas de renégocier les accords multilatéraux de l'OMC, et a aussi affirmé que les plaidoyers passés du G20 en faveur du libre-échange n'étaient pas pertinents.

"Nous pensons que certaines parties de l'OMC ne sont pas appliquées, et nous allons tenter avec pugnacité de les faire appliquer dans l'intérêt des travailleurs américains", a déclaré M. Mnuchin, lors d'une conférence de presse, ajoutant que ces "accords sont de vieux accords et s'ils ont besoin d'être renégociés, nous envisagerons cela également".

Les accords de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), dont le siège est à Genève, ont été signés en 1994 et sont entrés en vigueur en 1995.

Ils servent de cadre multilatéral pour la libéralisation du commerce, en poussant à l'ouverture des frontières aux échanges commerciaux. L'organisation a toutefois connu plusieurs revers au cours de son existence et voit sa vocation mondiale contestée par de plus en plus de projets d'accords commerciaux régionaux.

Cette déclaration américaine intervient à l'issue d'une réunion des ministres des Finances du G20, groupe des pays les plus puissants du monde, où M. Mnuchin a empêché l'adoption d'une déclaration finale condamnant le protectionnisme, comme le faisait traditionnellement le G20 depuis des années.

"La formulation historique n'était pas pertinente", a commenté M. Mnuchin devant la presse, alors que le nouveau président américain Donald Trump défend des positions hostiles au libre-échange, une approche au contraire largement soutenue par le G20.

"Ce qui est pertinent c'est que nous ayons décidé en tant que groupe de renforcer l'apport du commerce à nos économies", a-t-il ajouté, alors que ces deux jours de négociations ministérielles ont mis en évidence le désaccord entre les Etats-Unis et le reste du G20 sur cette question du libre-échange.

Le communiqué final se fend sur le sujet d'une phrase minimaliste: "nous travaillons à renforcer la contribution du commerce à nos économies".

Interrogé sur le fait que l'Accord de Paris sur le climat de 2015 ne se trouve pas non plus dans le communiqué de Baden-Baden, M. Mnuchin a justifié cette absence en affirmant que les questions climatiques n'étaient pas de son ressort. "Ce n'est pas mon domaine", a-t-il affirmé. "L'administration (américaine) aura son opinion sur le sujet".

A Baden-Baden, "il y avait une volonté (de traiter ce sujet, ndlr), mais c'est plus un sujet pour les chefs d'Etat du G20", a-t-il dit, renvoyant cette responsabilité sur le sommet du G20 de Hambourg en juillet, auquel participera le président Donald Trump qui a multiplié les prises de position climato-sceptiques.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • t_n_t il y a une semaine

    c'est pas l"Europe et l'UE qui agirait de la sorte ! c'est une bande de planqués payés grassement qui donnent lés priorités aux lobbies après avoir encaissé des sous de table. qu ils en profitent leur job de plaqués ne va pas durer.

  • skiper22 il y a une semaine

    Steve Bannon is the man !

  • fab.varl il y a une semaine

    cruel pour qui ? en fait les milliardaires texans ont juste changés d'avis

  • nayara10 il y a une semaine

    Toute démocratie représentante a le droit de demander des changements de situation ponctuelle....C'est l'assurance de gouvernance ..

  • speedy36 il y a une semaine

    le paradoxe cruel de l'histoire, c'est de voir, le parti républicain revenu au pouvoir, lui qui fut instigateur avec Ronald Reagan, au début des années 80, le créateur même du libéralisme économique débridé, avec leurs amis britanniques de l'époque.... et c'est eux, les memes, trente cinq ans plus tard, qui viennent faire la chasse au libéralisme..... oui paradoxe