Les Etats-Unis ménagent l'Iran et rassurent les monarchies du Golfe

le
0
Les Etats-Unis ménagent l'Iran et rassurent les monarchies du Golfe
Les Etats-Unis ménagent l'Iran et rassurent les monarchies du Golfe

Le président américain Barack Obama reprend la main sur les monarchies du Golfe. Washington ne veut pas s'éloigner de cette région où la France tente d'ocCuper le terrain en arrachant des contrats mirobolants comme la récente vente de Rafale au Qatar. Obama a promis jeudi un engagement «inébranlable» pour la sécurité des Etats du Golfe. Washington annonce donc un renforcement de sa coopération militaire avec ses alliés arabes face à l'influence croissante de l'Iran dans la région.

Dans un communiqué publié à l'issue d'un sommet à Camp David, près de Washington, entre le président Obama et les dirigeants des six pays du Golfe, les différentes parties ont dénoncé les «activités déstabilisatrices de l'Iran» au Moyen-Orient. Toutefois, lors d'une déclaration à la presse au terme de la rencontre, Obama a menagé Téhéran avec qui Washignton renoue un semblant de dialogue en tentant d'arracher un accord sur son programme nucléaire controversé. Ainsi le président américain a plaidé pour ne «pas marginaliser» l'Iran.

A Camp David, les Etats-Unis et les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG: Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar) sont convenus de «collaborer (...) afin de faire face à une menace extérieure contre l'intégrité territoriale de n'importe quel Etat membre du CCG», selon un communiqué de la Maison Blanche. Le texte mentionne même explicitement Téhéran, le rival régional des puissances sunnites du Golfe: «Les Etats-Unis et les Etats membres du CCG s'opposent et coopéreront pour contrer les activités déstabilisatrices de l'Iran dans la région».

Par ailleurs, Washington prône une solution à deux Etats «cruciale pour la sécurité d'Israël» à long terme. «Je continue à croire qu'une solution à deux Etats est absolument cruciale (...) pour la sécurité d'Israël sur le long terme», a dit le président américain. Il a rappelé «l'incroyable ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant