Les Etats-Unis envisagent la dissuasion pour venir à bout du cyber-espionnage

le
0
Les Etats-Unis envisagent la dissuasion pour venir à bout du cyber-espionnage
Les Etats-Unis envisagent la dissuasion pour venir à bout du cyber-espionnage

L'armée américaine déploie des moyens dans le cyber-espace pour "dissuader" les pirates informatiques de s'attaquer à de potentielles cibles américaines, alors même que la Chine et la Russie auraient été identifiées derrière un vaste réseau de cyber-espionnage.Le chef de l'Agence nationale de sécurité (NSA) Michael Rogers, qui dirige aussi le cyber commandement du Pentagone, a évoqué mardi la stratégie en matière de guerre nucléaire, dans laquelle la détention de l'arme atomique est considérée comme dissuasive face un adversaire envisageant une potentielle attaque.En tant que patron de cette unité militaire de cyberdéfense, M. Rogers a prévenu, lors d'une conférence à Washington, qu'il fallait utiliser les mêmes armes en matière d'agression dans le cyber-espace.Ses remarques intervenaient alors que deux rapports, publiés mardi, ont conclu que les gouvernements russe et chinois sont certainement derrière un vaste réseau de cyber-espionnage qui vise des cibles américaines et européennes.Le chef de la "US Cyber Command" entend prévenir les pirates informatiques des conséquences de leurs actions. "Aujourd'hui qu'il s'agisse d'un Etat, d'une organisation ou d'un individu, la plupart (des pirates) arrivent à la conclusion, selon moi, qu'il y a très peu de risques dans leurs actes, que le prix à payer est très bas"."Je ne dis pas que c'est vrai", a déclaré le patron de la NSA, "mais je pense que la plupart croient qu'ils peuvent se permettre d'être assez agressifs et ce n'est pas dans notre intérêt à long terme en tant que pays de maintenir cette perception. Nous devons tenter de la changer", a-t-il dit lors d'une conférence à la Chambre de commerce.Selon lui, l'armée a un "cadre légal" pour utiliser toute cyber-arme offensive, à condition d'avoir le feu vert du président américain et du secrétaire à la Défense."J'espère", a-t-il ajouté, "que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant