Les États-Unis discutaient d'une cyberattaque contre la Libye

le
0
Des militaires américains ont envisagé d'attaquer les communications et les systèmes de défense libyens. L'hypothèse a été rejetée, pour ne pas créer de précédent.

Le 19 mars 2011, les États-Unis tirent leurs premiers missiles de croisière Tomahawk contre des unités anti-aériennes libyennes. Dans les jours précédents, les militaires américains et l'administration Obama avaient pourtant envisagé une toute autre option pour initier, avec la coalition internationale, l'assaut contre le régime de Mouammar Kadhafi. Selon la presse américaine, il s'agissait de mettre hors d'état les radars et les missiles libyens en menant une cyberattaque.

«Le sujet a été sérieusement envisagé car cela aurait permis de paralyser la défense aérienne libyenne tout en minimisant le risque pour les pilotes», affirme un responsable du département américain de la Défense au New York Times. L'hypothèse, «minutieusement débattue», a pourtant été rejetée avant d'entrer dans les plus haute sphères de la Maison-Blanche, ont affirmé de multiples sources au quotidien américain.

«Nous manquions de temps»

Alors que la ville de Benghazi était assié...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant