Les Etats-Unis deviennent le premier producteur mondial de pétrole

le , mis à jour à 18:20
2

Les Etats-Unis retrouvent leur place de n°1 mondial dans la production de pétrole.
Les Etats-Unis retrouvent leur place de n°1 mondial dans la production de pétrole.

Les Etats-Unis sont redevenus le premier producteur mondial de pétrole et de gaz au cours de l’année dernière, explique la dernière « Statistical Review of World Energy » publiée par BP. Dans le domaine du pétrole, les Etats-Unis avaient perdu leur première place mondiale en 1976.

L’exploitation du gaz et du pétrole de schiste a porté ses fruits aux Etats-Unis. Dans sa 64ème revue du marché de l’énergie, BP constate que les Etats-Unis sont arrivés devant l’Arabie Saoudite en termes d’extraction de pétrole en 2014, et devant la Russie en termes d’extraction gazière.

Pétrole et gaz de schiste

La nouvelle n’est qu’une demi-surprise alors que la fin de l’année 2014 avait été marquée par une hausse régulière de l’offre de pétrole en provenance des Etats-Unis. Les stocks de pétrole américains n’ont cessé de progresser jusqu’au premier trimestre 2015, battant semaine après semaine de nouveaux records.

Les gains de part de marché du pétrole américain ont pourtant été durement concurrencés par le rythme toujours intense de production des pays de l’Opep. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole, incluant notamment l’Arabie Saoudite, a en effet toujours refusé d’abaisser son niveau de production, et ce malgré la surabondance d’offre de pétrole ayant poussé les prix de l’or noir à la baisse en fin d’année dernière.

Une dimension politique s’immisce indéniablement dans cette statistique, alors que les intérêts stratégiques des Etats-Unis sont très liés à l’exploitation du pétrole. D’une part, le pays de l’Oncle Sam réduit sa dépendance vis-à-vis du pétrole du Moyen-Orient. D’autre part, on a beaucoup répété en fin d’année 2014 que l’augmentation de l’offre, tirée par les Etats-Unis et maintenue par l’Arabie Saoudite, a aussi engendré une forte pression économique sur la Russie et l’Iran, deux pays aux relations diplomatiques dégradées avec les deux grandes puissances précédemment citées. La rivalité stratégique n’est pas non plus neutre pour la place de n°1 mondial entre les Etats-Unis  et l’Arabie Saoudite.

L’augmentation des exploitations de gaz de schistes aux Etats-Unis a également permis au pays de conserver sa première place mondiale dans la production de gaz, devant la Russie. Les Etats-Unis avaient dépassé la Russie en 2011 dans ce domaine.

Demande d’énergie en croissance ralentie

La hausse de l’offre américaine ne s’est pas adaptée à l’évolution beaucoup plus modérée de la demande mondiale. La demande d’énergie n’a augmenté que de 0,9% l’an dernier, « le taux le plus faible depuis la fin des années 1990 », note l’étude. Un chiffre faible qui s’explique en partie avec l’affaiblissement progressif de la croissance chinoise.

L’effet positif de cette décélération de la demande apparaît sur les rejets de gaz à effet de serre. « Les émissions de dioxyde de carbone (CO2) issues de la consommation d’énergies primaires n’ont augmenté que de 0,5% cette année », relève ainsi BP.

L’excès d’offre par rapport à la demande constaté par l’étude correspond au sentiment de déséquilibre reflété sur les marchés en fin d’année dernière,  avec la forte baisse des prix de l’énergie.

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le jeudi 11 juin 2015 à 13:13

    Sale temps pour les Bédouins passés trop vite , avant d'être éduqués, du chameau à la Rolls et du couscous au caviar!

  • M7097610 le jeudi 11 juin 2015 à 10:16

    voilà pourquoi on vend des rafales au moyen orient ! Les arabes sont certains de ne pas avoir de concurrence de notre part !!!