Les établissements scolaires craignent de perdre leur label ZEP

le
0

Certains établissements qui se sont embourgeoisés, devraient sortir progressivement du dispositif. Mais les conséquences financières pour les enseignants et structurelles pour les parents rendent le sujet extrêmement épineux pour le gouvernement.

Lorsqu'il crée les ZEP en 1982, le ministre de l'éducation socialiste Alain Savary écrit «s'il apparaît lycee banlieurnécessaire de prévoir une action soutenue s'étendant sur plusieurs années, il serait peu souhaitable d'envisager une assistance permanente qui risquerait d'aboutir à la constitution de ghettos scolaires». C'est pourtant bel et bien ce qui a fini par arriver... On compte aujourd'hui 1099 collèges en ZEP contre 503 en 1982. Et des résultats peu probants. «Il est évidemment plus difficile d'aider 20 % des élèves que 10 % comme en 1982», explique Jean-Paul Delahaye, directeur général de l'enseignement scolaire au ministère. Cette situation pose aussi la question de la gradation des réponses en fonction...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant