Les «Essentiels de la rentrée» seraient maintenus en 2011

le
0
Familles de France poursuit les discussions avec la grande distribution et l'industrie papetière pour le maintien du dispositif établissant une liste de fournitures indispensables à la rentrée, pour un prix global stable.

«Il serait très dommageable pour les familles de ne pas voir perdurer une opération marquée par sa réussite depuis sa création en 2007». Voila la réponse de Thierry Vidor, directeur général de Familles de France, à l'annonce faite par le ministère de l'Éducation nationale de la non reconduction du dispositif des «Essentiels de la rentrée» pour la rentrée 2011.

Instauré en 2007, ce dispositif vise à établir, au terme d'une consultation avec la PEEP (Fédération des Parents d'Elèves de l'Enseignement Public) et Familles de France, une liste de fournitures essentielles aux élèves pour chaque niveau d'enseignement, pour un prix global identique d'une année sur l'autre. Comportant une quarantaine de mention, la liste portait à la fois sur les consommables (cartouches, feuilles, cahiers...) et les non consommables (trousse, cartable, règle...). «Les discussions entamées depuis de nombreux mois entre les différents participants à cette opération, sous l'égide du Ministère de l'Éducation nationale, n'ont pas permis de dégager un consensus susceptible de reconduire cette opération pour la prochaine rentrée (2011-2012), dans un contexte de hausse des prix des matières premières utilisées en papeterie» précisait en effet le ministère de l'Éducation nationale le 18 mai dernier.

Désaccord sur le cartable

Plus que les prix garantis, les négociations avaient achoppé sur la liste en elle-même explique la PEEP, qui s'opposait à ce que soit retiré le cartable des fournitures considérées comme «essentielles». «Nous sommes conscients de la réalité économique et du contexte de hausse des matières premières telle que celle de 40% du prix de la pâte à papier, explique Daniel Shwarz, trésorier général de la PEEP. C'est pourquoi nous étions prêts à discuter favorablement d'une répercussion sur les prix, parfaitement stables depuis 2007. Mais le fait qu'une enseigne supprime unilatéralement le cartable de cette liste, ce n'est pas acceptable. La cartable pour nous, c'est essentiel, on y tient».

Si le Ministère a décidé de ne pas reconduire l'opération, celui-ci assure toutefois le maintien de la publication d'une liste pour la rentrée 2011. De quoi maintenir un référentiel pour les enseignants et les parents, afin de prévenir les dérapages sur le poids du cartable des enfants.

Familles de France poursuit seule les négociations

Insuffisant toutefois pour Familles de France qui, de son côté, considère que le Ministère ne fait là que la moitié du chemin, et que l'engagement des industriels reste nécessaire au contrôle du coût de la rentrée pour les familles.

Dès lors,les parents souvent désorientés face à la montagne de fournitures mises en rayon dès juillet ont-ils perdu tout espoir de retrouver chez les distributeurs le fameux logo? Pas si sûr, et loin de là. Car Familles de France, qui se refuse à baisser les bras, a décidé de mener seule les négociations de son côté. «Nous souhaitons trouver un accord, pour que les représentants de la grande distribution et de l'industrie papetière continuent à s'engager à labéliser «Essentiels de la rentrée», des produits de bon rapport qualité/prix» appuie Thierry Vidor. Pour la première fois depuis sa création, l'opération pourrait donc ne pas se faire sous l'égide du Ministère de Luc Chatel, mais via des discussions directes entre associations de parents d'élèves et industriels.

Confiance sur la signature d'un accord

«Ces discussions sont très avancées et plus que positives précise Thierry Vidor. Nous sommes très confiants sur la signature rapide d'un accord différent, mais qui permettra de pérenniser le dispositif et donc la maîtrise des prix pour les familles». La Fédération est actuellement en discussions avec des enseignes de la grande distribution (Intermarché, Leclerc...), l'union de la filière papeterie (UFIPA) et la Fédération des Entreprises du Commerce et de la Distribution (FCD), toutes trois partenaires depuis plusieurs années de l'opération. Contactée, cette dernière confirme la poursuite des négocations et précise que, «labalisés ou non», l'ensemble des produits de la liste sera proposé dans les enseignes qu'elle représente, du 15 juillet au 5 septembre.

«D'autres associations de parents d'élèves participent à ces négociations» précise enfin Familles de France, laissant entendre par là une extension du dispositif à de nouveaux acteurs. Si celles-ci semblent plus souples sur la question du cartable, qui ne figurera donc pas sur la liste des essentiels pour 2011, reste cependant à régler la question du prix.

«S'il y a une hausse du prix global, à fournitures comparables, celle-ci restera très limitée, assure Thierry Vidor, alors que le contexte économique aurait pu avoir des répercussions très importantes». Quant à la durée de l'opération, le dirigeant dévoile que les enseignes partenaires se sont déjà engagées à la maintenir «au moins jusqu'au 5 septembre», et qu'elles seraient prêtes à l'étendre à la deuxième quinzaine du mois. Un engagement insuffissant selon la PEEP, pour qui la fin de l'opération, «le jour même de la rentrée» lui ôte une grande partie de son efficacité.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant