Les espoirs douchés des Français

le
0
Les espoirs douchés des Français
Les espoirs douchés des Français
La déception Pinot

Une semaine de Tour de France déjà passée et aucune victoire d'étape française à signaler dans cette 100eme édition de la Grande Boucle. La principale déception de ce début de Tour de France en ce qui concerne le clan tricolore est Thibaut Pinot. Le jeune coureur de la FDJ.fr, qui a terminé le Tour 2012 à la dixième place du classement général, avait clairement fait part de ses ambitions et visait le Top 5 et le maillot à pois. Mais au terme de cette première semaine et après le passage des Pyrénées, il pointe déjà à la 47eme place du classement avec un retard sur Chris Froome s'élevant à 31'31'', un écart déjà trop important pour continuer d'espérer atteindre ses objectifs. La majeure partie de cet écart s'est construite lors de l'étape de ce dimanche où il a terminé avec certains sprinters dont Marcel Kittel à 25'12'' du vainqueur du jour après avoir montré la veille de grosses faiblesses dans la descente du col de Pailhères où il avait été lâché par le groupe mené par la Sky.Au terme de l'étape de ce dimanche, il a déclaré vouloir s'accrocher et espère pouvoir se refaire pour bien terminer le 100eme Tour de France : « Dans la tête, ça m'a lâché dans la descente hier (samedi) et puis maintenant c'est sauve qui peut. J'ai une troisième semaine qui m'attend qui peut être belle. Il faut que je me reconcentre. Je dois surpasser ma déception qui est immense. Je vais continuer. On ne lâche pas un Tour de France même si j'ai pu furtivement avoir l'envie de tout plaquer pour rentrer chez moi ».

Pierre Rolland ne peut viser que le maillot à pois

Avant le départ du Tour de France, Pierre Rolland déclarait se sentir bien, « en bonne condition ». Huitième du Tour 2012, le leader de l'équipe Europcar déclarait : « J'ai de l'ambition et je vais essayer de faire mieux que l'année dernière. Je pense m'être très bien préparé. En tout cas, ce Tour semble plus adapté à mes qualités. Mais ensuite, il y a le facteur chance... ». Et ce facteur chance ne lui a pas souri car il n'a pas été en mesure de suivre le train de la Sky et a perdu près de quatre minutes dans la montée vers Ax 3 Domaines puis près de huit minutes dans l'étape de dimanche, après avoir tenté une échappée pour prendre des points au classement du meilleur grimpeur.Que lui reste-t-il comme ambition possible ? Il est porteur du maillot à pois avec une petite marge sur Chris Froome suite à cette échappée mais il devra rééditer une telle performance dans les Alpes pour assurer une victoire dans ce classement et rapporter le maillot sur les Champs-Elysées. Suite à l'étape de ce dimanche, il a avoué ne plus viser le classement général : « Personnellement, je m'écarte du général. Le but, ce sera d'aller chercher une étape pour l'équipe, que ce soit pour moi ou un autre coureur. Et ce maillot, je vais essayer de le garder, c'est le rêve d'une vie. Maintenant, c'est facile à dire, mais cela reste très difficile à faire ».

La chaleur, seul problème de Voeckler ?

Dans l'équipe Europcar, Pierre Rolland n'est pas le seul leader, il y a aussi Thomas Voeckler, qui reste auréolé de sa quatrième place finale en 2011 et de son maillot à pois en 2012. Mais ce début de Tour de France ne lui a pas permis de se mettre en avant, mis à part une escarmouche dans le col de Pailhères samedi qui a vite fait chou blanc et l'a vu être rapidement lâché par le groupe mené par la Sky. Le chouchou du public français justifie ses contre-performances par? la chaleur présente sur la route du Tour ! « Plus les années passent et plus j'ai du mal à la supporter. Le seul jour où j'ai senti de meilleures sensations, c'est lorsqu'il a fait un tout petit moins chaud, lors de l'arrivée à Ajaccio, le thermomètre passant sous les 25 degrés. Pour le reste? Des journées comme dimanche font mal, tant au physique qu'au moral. J'ai maintenant l'espoir que mon organisme s'adapte. » Plus que jamais, il semble décidé à abandonner toute ambition personnelle pour se mettre au service de Pierre Rolland et de son maillot à pois : « Je ne vais pas passer mon temps à me regarder le nombril. Pierre Rolland a un superbe maillot sur le dos, c'est quelque chose à défendre pour l'équipe. Il faut s'organiser, il reste vraiment de quoi faire. On va essayer partout ». On sent surtout que Thomas Voeckler, perturbé au printemps par une fracture de la clavicule, n'a pas les jambes pour briller et être réellement ambitieux, cette année sur ce 100eme Tour de France.

Quid de Sylvain Chavanel ?

Le cas de Sylvain Chavanel est assez paradoxal car il a beaucoup apporté au train de l'Omega Pharma-QuickStep chargé d'emmener Mark Cavendish pour les sprints massifs mais n'a pas eu l'occasion de montrer ses qualités de baroudeur dans les étapes plus accidentées, où le sprinter britannique ne peut que s'installer dans le gruppetto et espérer rallier l'arrivée dans les délais. Lors de la deuxième étape, il n'a pas su prendre la roue de Jan Bakelants, espérant une réaction de ses compères d'échappée et ne prenant pas sa chance. Vu qu'il est désormais à près d'un quart d'heure de Chris Froome au classement général, on ne peut qu'espérer qu'il saura la saisir dans les Alpes, et mieux gérer les échappées pour aller grignoter une victoire d'étape dans la troisième semaine, ce qui pourrait lui redonner le sourire, lui qui n'a sans doute pas digéré d'avoir perdu de peu un titre de champion de France qui lui tendait les bras une semaine avant le départ du Tour de France.

Les AG2R-La Mondiale attendent dans l'ombre

Discrètement, les coureurs de l'équipe AG2R-La Mondiale sont placés au classement général. En effet, Jean-Christophe Péraud est quatorzième, à 3'29'' de Chris Froome quand Romain Bardet est 20eme à 7'09''. Ces deux coureurs ont su résister quand les Sky ont dynamité le Tour de France lors de la montée vers Ax 3 Domaines, ne perdant que respectivement 2'28'' et 2'34'' sur Froome. Après cette étape, Jean-Christophe Péraud déclarait avec humilité : « C'était chacun pour soi derrière l'accélération des Sky, on essayait tous de limiter la casse, un par un, à 10 mètres les uns des autres. Les Sky ? Je me contente d'essayer de les suivre jusqu'à la rupture. Mais pour ce qui concerne Froome, ce n'est pas mon niveau. Je n'essaierai même pas de l'attaquer. Mon objectif, c'est simplement de me rapprocher des meilleurs, mais certainement pas d'être premier Français ». Péraud, bien qu'ancien champion de France du contre-la-montre, va devoir limiter la casse sur les 33km entre Avranches et le Mont-Saint-Michel. Le contre-la-montre en Normandie sera sans doute trop plat pour lui et il risque d'y perdre du temps précieux en vue du général.Quant à Romain Bardet (22 ans), il reste un novice sur le Tour de France et va devoir apprendre à gérer ses efforts après avoir attiré l'attention lors de la montée vers Ax 3 Domaines et avoir joué le jeu d'équipe pour défendre le maillot à pois virtuel de Blel Kadri face à Pierre Rolland sur la route vers Castres. S'il veut pouvoir se montrer offensif dans les Alpes, être plus distancé au classement général pourrait se révéler une nécessité tant les Sky sont avares en bons de sortie depuis la prise de pouvoir de Chris Froome.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant