Les Espagnols veulent regagner leur dignité

le
0
INTERVIEW - Depuis le 15 mai, des centaines de madrilènes occupent la Puerta del Sol. Leur porte-parole d'un jour, Pablo Pietro, diplômé en biologie au chômage depuis 5 mois, revient sur un mouvement inédit

Vous occupez la célèbre place madrilène Puerta de Sol depuis une semaine et demie. Comment évolue la mobilisation?

Pablo Pietro - Nous sommes à peu près aussi nombreux à occuper la place, bien que ce soit plus calme qu'en fin de la semaine dernière. Nous étions alors plusieurs dizaines de milliers, c'était très excitant. Les gens venaient nous prendre en photo. Au point que nous n'arrivions plus à nous organiser efficacement. Aujourd'hui, le mouvement ne se limite plus à Madrid. Il s'est répandu dans 200 villes espagnoles, ainsi qu'à l'étranger.

Comment s'organise la vie à la Puerta del Sol?

Nous fonctionnons en commissions et groupes de travail thématiques, sur l'environnement, l'économie, ou encore l'éducation. Nos débats -qui réunissent jusqu'à 800 personnes!- aboutissent à des consensus, et nous publions ensuite les actes des réunions sur Internet. Au jour le jour, il n'y a pas de hiérarchie, nous pratiquons l'autogestion. Aujourd'hui je réponds aux question

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant