Les épargnants prêts à prendre plus de risques

le
5
Les ménages aisés se disent prêts à investir plus en actions. Pour autant, la majorité d'entre eux continue de privilégier des placements peu risqués comme l'assurance-vie en euros ou les produits à capital garanti.

Le rebond des marchés financiers en 2013 rassure, semble-t-il, les épargnants. Près de la moitié (48 %) des ménages aisés, détenant au moins 30.000 euros d'avoirs financiers (hors immobilier) se disent désormais optimistes quant à l'évolution des marchés financiers au cours des six prochains mois, selon l'Observatoire UFF/Ifop qui s'appuie sur une étude réalisée par téléphone entre le 4 et le 13 septembre 2013 auprès de 300 épargnants patrimoniaux.

Il y a un an, la majorité d'entre eux (75 %) avaient une perception négative. Les Français interrogés ont, du coup, une vision moins risquée des actions et des contrats d'assurance-vie en unités de compte (investis notamment en actions). Certains d'entre eux avouent d'ailleurs «se réintéresser» à ces deux classes d'actifs. L'investissement dans les sociétés non cotées séduit toujours: 23 % des sondés détenant un PEA se disent «intéressés» par les prochains PEA-PME, qui devraient bientôt voir le jour.

Le dispositif Duflot peu connu

Pour autant, les intentions d'investissement ne sont pas toujours suivies d'effet. Les épargnants privilégient toujours les produits à capital garanti, l'assurance-vie en euros et l'immobilier locatif. L'immobilier reste toujours perçu comme un placement de premier choix. Plus d'un épargnant sur deux envisage toujours d'investir dans la pierre. Mais pas à n'importe quelle condition, puisque seuls 15 % des sondés sont prêts à acheter un bien via le dispositif Duflot, qu'ils connaissent peu.

Près de la moitié (46 %) de ces ménages épargne d'abord pour préparer la retraite. Les autres motivations concernent bien sûr l'avenir des enfants, les projets personnels ou une épargne de précaution. L'alourdissement de la fiscalité de l'épargne pèse de plus en plus sur le moral des investisseurs les plus aisés. Plus de 20 % d'entre eux affirment qu'ils pourraient envisager à moyen terme de quitter la France. Là aussi, le chemin peut toutefois être long des paroles aux actes. D'ailleurs, «moins de 1 % de ces épargnants auraient un avantage rationnel à s'exiler fiscalement», estime l'UFF.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Ouakal le lundi 28 oct 2013 à 12:16

    Les ménages prêts à prendre du risque? Ca ça m'étonnerais !On fait tout pour faire investir les ménages sur les marchés financiers afin de les ruiner à nouveau.Il y a un énorme lobbying de la Finance et des médias type BFM business et autre....mais ça ne marche pas, les gens commence à ouvrir les yeux et ne tomberont pas à nouveau dans le piège.

  • idem12 le mercredi 16 oct 2013 à 18:39

    L’assurance vie en fonds euro un placement peu risqué LOL on en reparle quand les premiers états européens feront défaut ?

  • ETIHAD le mercredi 16 oct 2013 à 17:31

    la bourse comme l'immobilier sont par les temps qui courent déconseillés. Raison principale, un braqueur nommé Francois Hollande vous attends au coin de la rue à chaque que vous aurez gagné de l'argent en prenant des risques.... Et il ne vous laisse pratiquement rien dans les poches, donc passez à autre chose ou changer de pays.

  • mlemonn4 le mercredi 16 oct 2013 à 16:31

    Le Français moyen ne comprend rien à l'économie, encore moins à l'entreprise ; tant qu’il a son opium (TV, Foot, Alcool et Bagnole) le reste ne l’intéresse guère à l’exception de nos élites qui se gargarisent de leur science. Il n’a plus aucune confiance dans les politiques et encore moins la régularisation de la situation de la France. Dans ces conditions, comment pourrait-il investir au casino alors qu’il a une aversion très forte au risque ? Cherchez l’erreur! Encore du bourrage de crâne…

  • M1628016 le mercredi 16 oct 2013 à 14:16

    Allez les nazes, les marché sont sur des + hauts historiques c'est le moment d'acheter au son du clairon et de vous faire laminer, c'est vous que les bankters attendent pour faire partir la baisse.Quand à vos assurance vie farcie de + en + de dette française la aussi dormez tranquille et attendez la réquisition par un état en faillite.