Les éoliennes sèment la discorde à l'Assemblée nationale

le
3

Les sénateurs avaient choisi de limiter l’implantation des éoliennes en réclamant un avis conforme des Bâtiments de France quand un site classé se trouve à moins de 10 km. Mais les députés viennent de supprimer cette disposition.

Une fois encore, les éoliennes font souffler le vent de la discorde. Les députés ont ardemment débattu mardi soir de leur implantation, dans le cadre du projet de loi sur la création et le patrimoine. Ils ont finalement supprimé une disposition visant à les limiter, qui avait été introduite par le Sénat. Les sénateurs avaient décidé de rendre obligatoire l’avis conforme de l’architecte des bâtiments de France sur les installations d’éoliennes qui sont visibles depuis un immeuble classé, un monument historique ou d’un site patrimonial protégé, dans un périmètre de 10 km. Cet article avait ensuite été réécrit en commission à l’Assemblée en deuxième lecture, pour prévoir un simple avis de la commission régionale du patrimoine et de l’architecture.

Mais le gouvernement ainsi que des députés socialistes, écologistes et UDI avaient déposé pour la séance des amendements pour supprimer l’article, qui ont été adoptés mardi soir dans un hémicycle assez fourni. Les parlementaires LR ont pour leur part défendu la position du Sénat ou celle de la commission de l’Assemblée. «Attention à la libéralisation totale des éoliennes», a lancé leur chef de file Christian Jacob, déplorant qu’«on sacrifie beaucoup de nos paysages». Cet élu de Seine-et-Marne s’en est aussi pris à la ministre de la Culture Audrey Azoulay qui devrait selon lui «être celle qui défend le patrimoine».

Syndrome de Pénélope

La ministre a estimé qu’ «il faut concilier deux politiques publiques: favoriser les énergies renouvelables et protéger le patrimoine culturel». Sur les éoliennes, «les services de l’État cherchent la meilleure solution, au cas par cas» et «les procédures sont très encadrées par le droit» déjà. De nombreux élus écologistes sont aussi montés au créneau, expliquant que la version du Sénat «reviendrait à condamner à peu près toutes les éoliennes terrestres en France» (Michèle Bonneton), et attaquant l’opposition qui ne dit rien «sur les lignes à haute tension ou la présence des centrales nucléaires» quant à leur impact sur les paysages (Noël Mamère).

Plusieurs socialistes ont aussi rappelé les débats sur la loi de transition énergétique et regretté, à l’instar de Christophe Bouillon, ce «syndrome de Pénélope», avec des tentatives récurrentes de «détricotage». Le patron des députés UDI Philippe Vigier est venu en soutien, évoquant un «parcours du combattant» pour installer toute éolienne, qu’il convient selon lui de «simplifier».

Mercredi, les industriels de l’éolien se sont réjoui de la décision des députés. France énergie éolienne qui regroupe plus de 90% des acteurs du secteur a salué dans un communiqué «un signal positif qui confirme la volonté politique de réussir le tournant énergétique français». «La filière éolienne reprend confiance», a indiqué pour sa part le Syndicat des énergies renouvelables.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9429830 il y a 9 mois

    Pour le contrôle de l'implantation des éoliennes près des sites classés ou touristique.

  • b.renie il y a 9 mois

    Quant à sa dangerosité Il suffit d'accepter le coût des mesures de la maîtrise des risques. L'énergie est la vie. Cela doit nous faire accepter de la payer son prix qui de plus nous poussera à na pas la gaspiller; Par exemple prendre sa voiture alors que le déplacement peut se faire à pied. Chauffer trop son intérieur Laisser les lumières allumées alors qu'il fait jour. Ne pas privilégier les transports en commun. etc.

  • b.renie il y a 9 mois

    On est souvent confronté au syndrome non pas de Pénélope mais surtout au syndrome de l'âne de Buridan. Les centrales électriques sont toujours des monuments affreux : thermiques ou nucléaires, mais les éoliennes aussi et les plaques photovoltaïques également. Alors il ne reste que le moindre mal et si on se rappelle que nous n'existons que parce qu'il y a l'énergie nucléaire (l'explosion de la super nova en est la preuve) c'est quand même elle la moins traumatisante esthétiquement parlant