Les environnementalistes s'élèvent contre le braconnage des ours polaires

le
0
L?érosion de la banquise et de l'écosystème arctiques entraîne une importante réduction des effectifs des ours polaires.
L?érosion de la banquise et de l'écosystème arctiques entraîne une importante réduction des effectifs des ours polaires.

Des groupes russes et américains ont exprimé leur inquiétude face au braconnage et à la fonte des glaces de l'Arctique.



Une protection adaptée pour l'ours polaire. Voilà ce que réclament des groupes de militants écologistes aux États-Unis et en Russie qui se sont réunis pour dégager des propositions en vue d'enrayer le déclin de la population de cette espèce. En raison des fontes record de cette année, fontes qui sont la conséquence directe du réchauffement climatique, celle-ci, en plus d'être confrontée à la destruction constante de son habitat, a de plus en plus de mal à s'alimenter.


Et comme si cela ne suffisait pas, les plantigrades sont également traqués, principalement pour leur peau et leur fourrure, mais aussi pour des trophées. Ces derniers sont actuellement légaux selon le règlement de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES), ce qui conduit à la mort de centaines d'individus chaque année.


En conséquence, les militants du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) et de la Human Society International (HSI) soutiennent les initiatives engagées par certains gouvernements pour renforcer le statut des ours polaires dans la classification de la CITES et interdire le commerce international de produits dérivés.



Le braconnage est devenue une priorité des militants



La législation actuelle tendant à favoriser le déclin de la biodiversité arctique, les défenseurs de l'environnement font pression sur les hauts dignitaires américains pour que le danger encouru par les ours polaires soit reconnu lors de la prochaine conférence de la CITES, au début de l'année prochaine. De son côté, l'IFAW a reçu des assurances écrites du ministère russe des Ressources naturelles, lequel appuiera une initiative aux États-Unis allant dans le même sens.


Les braconniers sont accusés d'avoir tué près de 6 000 ours entre 2001 et 2010. En outre, si la population actuelle est évaluée à environ 20 000 individus, l'US Geological Survey (USGS) redoute que la réduction des glaces et la dégradation de l'écosystème du Grand Nord provoquent la perte des deux tiers de la population mondiale d'ours polaires dans les 50 prochaines années. L'avertissement gagnerait à être pris en compte.


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant