Les entreprises ne vont pas se ruer sur Windows 8

le
1
LES ENTREPRISES NE VONT PAS SE PRÉCIPITER SUR WINDOWS 8
LES ENTREPRISES NE VONT PAS SE PRÉCIPITER SUR WINDOWS 8

par Bill Rigby

SEATTLE (Reuters) - Il fut un temps où la sortie d'une nouvelle version de Windows plongeait dans l'effervescence les directions informatiques des entreprises du monde entier. Ce n'est plus le cas, et le lancement mondial, vendredi, de Windows 8 risque fort d'être un non-événement pour nombre d'entre elles.

La dernière version du système d'exploitation de Microsoft présente pourtant des atouts pour plaire à tous les publics : une fonctionnalité tactile pour les adeptes des tablettes, une interface vivante et jeune, et des versions multiples pour la rendre compatible avec les logiciels traditionnels des utilisateurs de PC.

Mais les entreprises, dont beaucoup n'ont pas encore migré de Windows XP à Windows 7, n'y voient pas forcément d'intérêt.

"Pour parler franchement, Windows 8 est davantage une plate-forme pour le grand public que pour les entreprises", remarque Doug Johnson, responsable de la politique de gestion du risque de l'Association bancaire américaine - dont les membres comptent parmi les principaux clients de l'industrie informatique. "Je ne vois pas ce que Windows 8 apporte de plus aux entreprises."

Autrefois, ce genre de commentaire aurait semé la panique au siège de Microsoft à Redmond, dans l'Etat de Washington. Mais plus aujourd'hui. Microsoft, prenant acte de l'évolution profonde du marché, reconnaît à mots couverts que le succès de Windows 8 dépendra de son accueil par les particuliers.

"La ligne de séparation entre particuliers et entreprises est de plus en plus floue", assure Ron Markezich, responsable de la division Entreprises de Microsoft aux Etats-Unis. "La clientèle des professionnels attend Windows 8 avec impatience car elle ne veut plus devoir hésiter entre tablette et PC."

Le principal objectif de Microsoft est surtout de montrer qu'il maîtrise lui aussi les nouvelles tendances de l'informatique - mobilité et écrans tactiles - introduites par Apple et Google. Le packaging et le marketing de Windows 8 ciblent d'ailleurs clairement un public jeune et la nouvelle tablette Surface vise elle aussi le grand public.

LES ENTREPRISES PLUS RÉSERVÉES

Les clients professionnels sont beaucoup plus réservés, à l'instar de Volkswagen qui a attendu l'an dernier pour migrer 60.000 PC vers Windows 7 et ne prévoit pas d'autre bouleversement de sitôt.

Le constructeur automobile allemand, du coup, n'a pas voulu des versions tests disponibles depuis plus d'un an pour les entreprises.

VW a "à coeur" d'évaluer les nouvelles fonctionnalités du système, notamment ses fonctions tactiles, mais attendra qu'il soit dans le commerce et testé par d'autres, explique Martin Eickhoff, son responsable des technologies de l'information.

Steven Hanna, qui occupe la même fonction au sein du groupe industriel américain Kennametal, basé en Pennsylvanie, explique que son entreprise vient de basculer sur Windows 7 et n'a aucun projet de migration vers Windows 8 dans l'immédiat. Tout juste, admet-il, le nouveau système pourrait être intéressant pour les commerciaux en déplacement, pour qui travailler sur des tablettes présente un réel avantage.

Microsoft le sait, en général les entreprises testent un nouveau système pendant 12 à 18 mois avant de prendre la décision de l'adopter, si bien qu'il faut compter un délai de deux ou trois ans après chaque lancement pour voir la dernière version déployée massivement dans les entreprises.

PAS DE DÉPLOIEMENT MASSIF

Pour Windows 8, cela n'arrivera peut-être même pas.

"Nous pensons que 90% des grandes entreprises ne déploieront pas Windows 8 à grande échelle et, à son pic, le nouveau système sera adopté par environ 20% d'entre elles", déclare Michael Silver, analyste au cabinet d'études Gartner.

Pour Microsoft, ce ne sera pas vraiment un problème.

Le groupe tire 40% de ses revenus d'accords de licence avec les entreprises, administrations et institutions - accords qui confèrent aux utilisateurs le droit d'utiliser les dernières versions logicielles disponibles.

Autrement dit, Microsoft touche de l'argent quelle que soit la version utilisée par ses grands comptes.

De plus, le poids financier de Windows décline, même si les résultats de Microsoft restent sensibles aux ventes de PC. L'an dernier, les ventes de Windows représentaient 25% du chiffre d'affaires de Microsoft, contre 30% il y a cinq ans. Le groupe dépend davantage des ventes de ses suites Office et autres outils.

Pour compliquer les choses, Windows 8 se déclinera en fait en deux versions. L'une, destinée aux PC équipés de puces x86 d'Intel, ne nécessitera pas d'adaptation particulière et reprendra les anciennes applications de Microsoft. L'autre, Windows RT, conçu pour les appareils fonctionnant avec des puces d'ARM Holdings - telles les nouvelles tablettes Surface - nécessiteront une intégration plus coûteuse.

Windows 8 ou pas, 41% des 1,5 milliard de PC en service dans le monde tournent toujours sur Windows XP - système vieux de 11 ans - et la priorité de Windows reste d'encourager les entreprises à migrer sur Windows 7.

L'espoir du groupe de Redmond est de voir les salariés arriver au travail avec leur tablette Surface, ce qui pousserait alors leurs employeurs à se convertir à Windows 8.

Véronique Tison pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paumont1 le lundi 22 oct 2012 à 12:32

    je rappelle qu'il existe une version open de office, et que l'on est donc pas obligé de payer la version microsoft qui n'offre pas de réels avantages sur sa version gratuite...