Les entreprises françaises partent à la reconquête de l'Iran

le
5
LES ENTREPRISES FRANÇAISES À LA RECONQUÊTE DE L'IRAN
LES ENTREPRISES FRANÇAISES À LA RECONQUÊTE DE L'IRAN

par John Irish et Sybille de La Hamaide

PARIS (Reuters) - Les représentants d'une centaine d'entreprises et deux ministres français sont attendus dimanche à Téhéran où ils espèrent poser les bases de nouvelles relations commerciales après la conclusion d'un accord international sur le nucléaire iranien.

Aux côtés de Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, et Matthias Fekl, secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, le Medef accompagne pas moins de 130 entreprises dont le pétrolier Total, l'avionneur Airbus ou le constructeur automobile Peugeot.

La plupart des sociétés du CAC 40 seront représentées, mais aussi de nombreuses PME de l'agriculture, de la finance, du luxe, du secteur pharmaceutique, de la construction ou encore des transports.

Un nouveau centre d'affaires sera inauguré, mardi, par les deux ministres qui doivent, de leur côté, s'entretenir avec plusieurs membres du gouvernement iranien, des rendez-vous majeurs dans un pays où 80% de l'économie est contrôlée par la puissance publique.

L'Iran représente un marché potentiel immense de 80 millions de personnes dont de nombreux jeunes, urbains et éduqués.

Mais face à l'offensive de nombreux pays européens, comme l'Allemagne ou l'Autriche, des Etats-Unis, de la Chine ou de la Corée du Sud, la France veut rattraper son retard.

"Il faut maintenant passer à une reconquête", disait il y a huit jours Yves-Thibault de Silguy, vice-président de Medef international, chargé de conduire la délégation.

Lors des négociations qui ont abouti à l'accord sur le programme nucléaire iranien, la France avait tenu une ligne parmi les plus dures vis-à-vis de Téhéran.

Mais le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui s'est rendu à Téhéran durant l'été pour apaiser la relation entre les deux pays, a dit ne pas croire que cela puisse nuire aux entreprises françaises dès lors que les sanctions contre la République islamique seraient levées.

"CONTRAINTES"

A Paris, on pense pouvoir signer de premiers contrats dans les domaines qui n'étaient pas spécifiquement concernés par les sanctions américaines ou européennes, comme l'agriculture, secteur dans lequel la France est peu présente en Iran.

"On va prendre un contact et on va essayer bien sûr de nouer sur des sujets, en particulier agricoles et agroalimentaires, des potentialités ou des possibilités d'avoir des relations commerciales avec l'Iran", a dit le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, à Reuters.

"Ça vaut dans les domaines de l'agriculture, en particulier sur la viande et sur le poulet, ça c'est possible."

La visite pourrait faire naître des marques d'intérêt préalables à la conclusion d'accords durant la visite en France du président iranien Hassan Rohani, en novembre, même si aucun contrat d'envergure ne saurait être signé tant que les sanctions seront en vigueur.

Leur levée devrait débuter au premier trimestre 2016 si l'Iran se conforme aux obligations prévues par l'accord, destiné à l'empêcher de se doter de l'arme atomique.

Jadis très présentes en Iran, les entreprises françaises en ont été éloignées par les sanctions, notamment celles décidées par les Etats-Unis en 2011.

Les importations iraniennes représentaient 62 millions d'euros en 2013 contre 1,77 milliard en 2011 et les exportations françaises avaient chuté de 1,66 milliard en 2011 à 494 millions deux ans plus tard, selon le Quai d'Orsay.

L'année dernière, BNP Paribas a écopé d'une amende de près de neuf milliards de dollars pour avoir violé des embargos américains.

Et les Français resteront prudents tant que les Etats-Unis n'auront pas donné d'assurances claires sur la liberté de commercer, dit-on de sources diplomatiques et entrepreunariales.

"L'objectif c'est de découvrir, apprendre, comprendre pour pouvoir ensuite monter des projets dans le court et le moyen terme", a dit à Reuters le secrétaire général du groupe coopératif agricole Axéréal, Stéphane Michel.

"Il y a encore des contraintes, notamment des problématiques de change. Le pays aujourd'hui n'est pas raccordé au système financier mondial. Les sanctions américaines n'ont pas été levées. Ce pays n’est pas encore totalement connecté au monde."

(Avec Gus Trompiz, édité par Grégory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pascalcs le dimanche 20 sept 2015 à 02:49

    "Ce pays n'est pas encore connecté au monde " ....neo-féodalisé par la finance occidentale. Comme si la Chine l'était, elle, et pourtant elle n'a pas eu tout à fait besoin de cela, elle, pour se développer.

  • pascalcs le dimanche 20 sept 2015 à 02:45

    Allons bon! Les entreprises françaises sont déjà en retard en Iran à peine quelques semaines après que ce dernier soit redevenu en odeur de presque sainteté. Quand en France on n'attend pas les ordres de Bruxelles, c'est ceux de l'ambassade US. Ce pays n'est plus que l'ombre de lui même.

  • JUFRABRE le samedi 19 sept 2015 à 23:19

    L'Iran il y a 12 mois : l'ennemi de l'occident, un foyer pour terroristes... L'Iran 12 mois après : un pays ami avec qui il ferait bon commercer... Quel foutage de g... que tout ceci. L'Iran a toujours et restera un grand pays, plus respectueux des droits de la femme que l'Arabie Saoudite, par exemple, et plus démocrate que de nombreuses démocraties (sur ce dernier point, l'Iran a encore un peu de travail...)

  • ZvR le samedi 19 sept 2015 à 20:15

    pas sur qu'ils soient reçus à bras ouverts.

  • DADA40 le samedi 19 sept 2015 à 17:57

    @danalias : c'est quoi votre commentaire? A part recopier le texte!