Les entreprises françaises distribuent-elles trop de dividendes ?

le
46
Sanofi a été accusée d'augmenter sa distribution de dividendes malgré une période difficile et alors que le bonus de bienvenue de son nouveau directeur général atteint 4 millions d'euros.
Sanofi a été accusée d'augmenter sa distribution de dividendes malgré une période difficile et alors que le bonus de bienvenue de son nouveau directeur général atteint 4 millions d'euros.

Le documentaire de Cash investigation "Quand les actionnaires s'en prennent à nos emplois", diffusé mardi soir sur France 2, a créé la polémique. Les entreprises françaises distribuent-elles trop de dividendes au détriment des salariés et de l'emploi ? Henri Sterdiniak, conseiller scientifique à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) et membre du collectif des Économistes atterrés, classés à gauche, répond. Le Point.fr : Peut-on dire que les entreprises françaises distribuent plus de dividendes que leurs concurrentes ? Quelle est l'ampleur du phénomène ? Henri Sterdiniak : Les entreprises françaises ont plutôt augmenté la distribution alors qu'elles ont diminué la part d'investissement dans leur valeur ajoutée. Le niveau de distribution est revenu au niveau qu'il avait atteint en 2007-2008. Elles paraissent donc avoir sacrifié l'investissement aux dividendes : malgré des taux de marge détériorés, elles distribuent à peu près la moitié de leurs profits en dividendes. Le discours patronal explique que c'est nécessaire pour attirer des actionnaires. Le problème, c'est que l'actionnaire apporte aujourd'hui très peu d'argent frais aux entreprises françaises : la part des augmentations de capital est toujours ridicule au regard des rachats d'actions. Le résultat visé n'est donc pas atteint. Est-ce un phénomène purement cantonné au CAC 40 ou est-il plus large ? Le taux de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gglafont le vendredi 6 mar 2015 à 14:48

    A force d'intervenir toutes les semaines dans le domaine privé et professionnel la France est devenu un repoussoir pour les investisseurs. Fermez l'assemblée nationale qu'ils arrêtent de légiférer ! 6 millions de demandeurs d'emplois et notre dette abyssale prouve que les élus et hauts fonctionnaires sont incapables. Il faut changer le logiciel et les hommes.

  • gglafont le vendredi 6 mar 2015 à 14:44

    Le dividende c'est la rémunération du risque d'un investissement dans le capital d'une société.Pas de bénéfice = pas de dividende.C'est à l'AG des associés et seulement à celle-ci de se prononcer, et certainement pas à l'Etat, ni au législateur, ni au media qui ne comprennent rien à rien.

  • floalain le vendredi 6 mar 2015 à 13:56

    Ce papier est complètement nul, l'interviewé ne répond pas aux questions qu'on lui pose. Ayant lu l'article je suis incapable de me positionner sur le sujet. Merci les journalistes.

  • M7732327 le vendredi 6 mar 2015 à 13:29

    Contrairement à la préfon (fond de pension réservé aux fonctionnaires) et la retraite à moins de 60 ans dont ne peuvent pas bénéficier les salariés du privé, n'importe qui peut se gaver de dividendes. Une vingtaine d'Euros suffit.

  • M363422 le vendredi 6 mar 2015 à 11:42

    ...pénaliser les investissements et les salaires. Une logique qui privilégie le court terme par rapport au moyen terme. Quant aux grands patrons, ils justifient leurs rémunérations, bonus, etc en disant....J'ai enrichi mes actionnaires, donc j'ai droit à des augmentations, à un bonus, etc...

  • M363422 le vendredi 6 mar 2015 à 11:36

    Juste une remarque,simple. Dire ""les entreprises française etc..." c'est un abus de langage. Les dividendes impliquent des actions, donc des actionnaires, donc des SOCIETES. Toutes les "entreprises" ne sont pas des ""sociétés". Quant au financement des "entreprises", en fait des sociétés, il y a bien d'autres façons de les financer, à commencer par l'autofinancement. C'est la logique de la financiarisation qui impose toujours plus de rentabilité, donc une hausse des dividendes.Quitte à ..

  • M3408154 le vendredi 6 mar 2015 à 10:27

    J'aime bien la première réaction de la retraitée canadienne que le reporter voulait culpabiliser à propos des chomeurs de Samsonite: "Ah?.. Ils ne sont pas actionnaires. ?..." demanda t-elle spontanément.Autre pays, autre culture. La France a besoin d'investisseurs..

  • sonate35 le vendredi 6 mar 2015 à 09:14

    globalement ce n'est pas assez vu le risque que prend l'actionnaire ! mais visiblement dans ce pays on ne comprend rien à l'économie ,la jalousie semble la seule valeur de nos socialos et médias complices!

  • b.renie le vendredi 6 mar 2015 à 07:03

    Répondre à cette question. La richesse créée par l'entreprise est distribuée : au personnel (paye), à l'Etat (impôts) aux prêteurs (intérêts), à l'entreprise (autofinancement) enfin aux actionnaires (dividendes). C'est la responsabilité du gérant de l'entrepris de choisir les taux de répartition de la richesse créée attribués à chaque partie prenante.

  • nayara10 le vendredi 6 mar 2015 à 00:46

    C'est un peu comme le Quatre Quart Breton.Un quat pour Moi.Un quart pour TOI .Un quart pour LUI .Un quart pour l'autre .Traduction :l'autre ,c'est l'ÉTAT.Lui ,c'est les TAXES .....