Les entreprises familiales ont bien résisté à la crise

le
0
L'assaut surprise de LVMH sur Hermès a mis en lumière le pouvoir de séduction des entreprises familiales. Ces dernières sont sorties plus fortes et plus confiantes de la crise, selon une étude de PricewaterhouseCoopers.

«Hermès n'a absolument pas besoin d'aide, de soutien ou de tuteur», déclare Patrick Thomas, gérant de la maison de luxe, dans un entretien accordé au Figaro. Dix jours après l'annonce surprise de l'entrée de LVMH à son capital, avec 17,1 % des parts, Hermès est sorti de sa réserve. «La famille Hermès est extrêmement soudée et décidée à garder le contrôle par sa commandite, qui a été créée pour protéger la maison contre l'éventualité de ce qui se passe aujourd'hui et surtout pour protéger la culture de ce joyau construit depuis six générations», affirme le gérant.

Il faut dire qu'Hermès a de quoi aiguiser l'appétit du numéro un mondial du luxe. «Si vous regardez les performances depuis notre entrée en Bourse en 1993, la croissance annuelle du bénéfice net de LVMH a été de 7,6 %, celle d'Hermès de 14,7 %. En Bourse, l'action LVMH a été multipliée par six, celle d'Hermès par 35», souligne Patrick Thomas. Pour le patron de la maison de luxe, l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant