Les entreprises espagnoles se ruent sur le marché de la dette

le
2
LES ENTREPRISES ESPAGNOLES VEULENT PROFITER DE L'EFFET BCE
LES ENTREPRISES ESPAGNOLES VEULENT PROFITER DE L'EFFET BCE

MADRID (Reuters) - Les entreprises espagnoles se ruent sur le marché obligataire pour profiter à plein de la baisse des taux d'intérêt qui a suivi l'annonce par la Banque centrale européenne d'un plan de rachat de dette souveraine afin de réduire les coûts de financement du pays.

Gas Natural et Iberdrola, deux poids lourds du secteur de l'énergie, sondaient l'appétit des investisseurs lundi, encouragés par le succès d'une émission obligataire de Telefonica la semaine dernière. Aux banques, BBVA et Banesto ont emboîté le pas à Santander, dont l'opération a elle aussi été couronnée de succès.

D'autres entreprises pourraient rapidement se présenter sur le marché, selon des traders.

"Ce n'est pas seulement que les coûts ont baissé, il y a aussi plus d'appétit pour la dette corporate, comme l'a montré l'émission de Telefonica la semaine dernière", dit l'un. "On pourrait bien voir plus d'émetteurs dans les prochains jours".

Mercredi dernier, l'ancien monopole des télécommunications a émis pour 750 millions d'euros d'obligations à cinq ans avec un coupon de 5,811%.

Dans la foulée de Telefonica, Iberdrola a procédé lundi à une émission de même montant avec un prix de référence à environ 360 points de base au-dessus des mid-swaps. Egalement annoncées lundi, les émissions de Gas Natural, BBVA et Banesto attendent leur mise à prix.

Après l'annonce, jeudi, du programme de rachat de la BCE, le rendement de la dette souveraine espagnole a touché lundi un nouveau plus bas de cinq mois, tombant pour la première fois depuis mai sous la barre des 6%.

Mais une incertitude demeure quant au fait de savoir si Madrid demandera à activer le mécanisme d'aide, en contrepartie de concessions qui pourraient être douloureuses pour le pays.

Dans le doute, les émetteurs se précipitent sur le marché avant que la fenêtre de tir ne se referme, expliquent les traders. "Je pense qu'on pourra voir d'autres émissions, surtout si celles d'aujourd'hui se passent bien - ce qui semble être le cas actuellement", dit un autre.

Carlos Ruano, Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4312421 le lundi 10 sept 2012 à 17:26

    En trayant sans cesse la Vache à lait on finit par tuer la Poule aux œufs d’Or!!

  • M4312421 le lundi 10 sept 2012 à 17:25

    C'est intéressant de voir ce qui nous attends si PORCINET continue à faire des IMPOTS et non des ECONOMIES ( faciles à trouver en FRANCE vu le record du monde de dépenses publiques improductives) :Collectivités locales, santé logement formation etc.. ALIGNER les Fonctionaires sur les retraites du privé ( 20 Milliards d'économie) et une profonde INJUSTICE réparée