Les entreprises du CAC 40 ont souffert de l'euro fort

le
0

(NEWSManagers.com) - Outre la faiblesse de la croissance économique, l'activité des entreprises a été handicapée l'an dernier par l'euro fort. Le chiffre d' affaires global des sociétés du CAC 40 ressort en baisse de 2 % et de 3% à composition de l' indice comparable, selon le huitième " Profil Financier du CAC 40" publié par Ricol Lasteyrie Corporate Finance. Cette évolution négative s' explique, outre les effets de périmètre (cessions d' actifs et changements de méthodes de consolidation), par un effet devise significativement négatif. Sur les 26 sociétés qui donnent l' information, l' impact change réduit le chiffre d' affaires global de 2,5 %, soit 17 milliards d' euros, contre un impact positif de 11 milliards en 2012. La croissance organique est cependant la même en 2013 qu' en 2012. Elle ressort en hausse de 2,0 % sur cet échantillon.

Le résultat net global a baissé de 10 % tandis que la marge opérationnelle passe de 8,2 à 6,9 % (hors banques et assurances). Les dépréciations ont pesé sur les résultats ainsi que l' évolution des changes. Les dépréciations d'actifs ont atteint le niveau record de 23,7 milliards d' euros d' actifs en 2013, ce qui porte à 54 milliards d'euros le montant des actifs annulés dans les bilans des entreprises en trois ans. Contrairement aux années précédentes, les dépréciations ont porté autant sur des actifs corporels que sur les goodwills. Trois sociétés (GDF Suez, Vivendi et Sanofi) représentent 80 % de cet impact.

Les investissements des sociétés du CAC 40 ont baissé de 6 % en 2013 contre une hausse de 5% en 2012. Ce résultat traduit une certaine prudence mais est aussi impacté par la très forte baisse (-23%) des innvestissements dans le secteur Technologie-Médias-Télécoms. Dans le même temps, la moyenne des ratios dette nette sur capitaux propres ressort à 33 %, un niveau particulièrement faible.

Au 31 décembre 2013, la capitalisation boursière du CAC 40 représentait 1,37 fois le montant total des fonds propres des sociétés qui composent l' indice, le ratio le plus élevé depuis la crise de 2008. Seules huit sociétés affichent encore une valorisation boursière inférieure à leurs fonds propres contre treize fin 2012. Néanmoins, à fin 2013, la capitalisation boursière de l' indice n' avait pas retrouvé son niveau d' avant-crise. La remontée des cours de bourse reflète moins en 2013 les performances intrinsèques du CAC 40 que l' éloignement progressif du risque systémique en Europe.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant