«Les enseignants n'ont plus le soutien de leur hiérarchie»

le
2
INTERVIEW - Olivia Millioz, porte-parole de l'association SOS Éducation, analyse les causes de l'accroissement des violences à l'école.

Mardi, un lycéen a frappé et blessé un enseignant dans un établissement de Bordeaux après un désaccord lors d'un cours sur la religion musulmane. Mercredi, une enseignante d'histoire et de géographie, d'un collège près de Poitiers, a été agressée par la mère d'une élève à la suite d'une remarque dans le cahier de correspondance.

Aujourd'hui, 55% des enseignants du public et la moitié du personnel de direction - soit près de 470.000 adhérents - ont souscrit à l'assurance complémentaire de la Maif qui garantit aussi bien une protection juridique qu'une protection des dommages corporels.

LE FIGARO.- Les professeurs ont-ils peur d'exercer leur métier?

Olivia MILLIOZ.- La violence est de plus en plus présente dans les établissements, entre élèves, entre professeurs et élèves, mais aussi avec les parents. Depuis une dizaine d'années, le respect s'est dilué. Les enseignants n'ont plus le soutien de leur hiérarchie. Leur parole est constamment mise en doute. Dan

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 13 sept 2012 à 18:24

    On n'a pas su gérer MAI 68...il faut donc assumer, et payer les pots cassés, et on a que ce qu'on mérite !!!...

  • M1531771 le jeudi 13 sept 2012 à 17:56

    Ils récoltent ce qu'ils méritent !