Les enquêteurs attendent de 1ers éléments sur le crash de l'A400M

le , mis à jour à 20:46
0

PARIS, 13 mai (Reuters) - Les enquêteurs espèrent obtenir dans les 48 heures de premiers éléments sur les causes de l'accident d'un Airbus A400M survenu samedi en Espagne, mais ils doivent d'abord régler des problèmes techniques de lecture des données enregistrées. A la suite du crash de l'avion de transport militaire d'Airbus AIR.PA , qui a fait quatre morts, Madrid a suspendu l'autorisation de vol des A400M en production en Espagne dans l'attente des conclusions de l'enquête sur cet accident. De même, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et la Turquie ont décidé de maintenir au sol leurs appareils dans l'attente des résultats de l'enquête, tandis que la France a limité leur utilisation aux vols "extrêmement prioritaires". Une enquête de sécurité est menée par le Bureau Enquêtes accidents Défense (BEAD Air) en France pour le compte de la commission espagnole d'investigation des accidents dans l'aviation militaire (CITAAM). "On essaie d'avoir le plus rapidement possible des éléments. Pour l'instant on n'a pas d'éléments qui nous permettent, soit de mettre en cause les limitations de vol qui ont été prononcées, soit de faire des recommandations", a dit un responsable militaire français qui n'a pas voulu être identifié. "Actuellement on n'est pas suffisamment avancé. On espère que dans les 48 heures on y arrivera", a-t-il ajouté. L'A400M était équipé de deux boîtiers d'enregistrement semblables, mais pas identiques, aux boîtes noires utilisées dans les avions de ligne: l'un capture les conversations dans le cockpit et l'autre les paramètres de vols permettant de savoir si l'avion rencontrait des problèmes techniques. Les boîtes d'enregistrement ont été récupérées dimanche après le crash. Mais le déchiffrage des paramètres de vol a été retardé en raison de problèmes de compatibilité entre le nouveau modèle de boîte d'enregistrement utilisé et les systèmes de récupération des données dans les laboratoires français. Airbus et le ministère de la Défense ont refusé de commenter ces informations. (Tim Hepher, Juliette Rouillon pour le service français, édité par)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant