Les engagements nationaux sur le réchauffement insuffisants - étude

le
0

par Alister Doyle BONN, Allemagne, 2 septembre (Reuters) - Les différents projets nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre ne suffiront pas en l'état à contenir le réchauffement climatique sous le seuil des 2°C d'ici la fin du siècle, selon une étude des chercheurs européens du Climate Action Tracker (CAT) publiée mercredi à Bonn. Cet organisme regroupant quatre organisations européennes de recherches sur le climat a passé en revue les contributions nationales (INDC) que quinze pays ont transmises à l'Onu dans l'optique de la conférence internationale sur le climat (COP 21) qui se tiendra en décembre à Paris. L'étude du CAT affirme que l'addition de ces efforts nationaux annoncés ne suffira pas à limiter à 2°C le réchauffement des températures moyennes mondiales par rapport au niveau pré-industriel, seuil qui fait l'objet d'un consensus international pour éviter les pires conséquences du changement climatique. Les contributions de sept pays (Australie, Canada, Corée du Sud, Japon, Nouvelle-Zélande, Singapour et Russie) sont jugées "inadéquates". Six autres sont jugées "moyennes" (Chine, Etats-Unis, Mexique, Norvège, Suisse et Union européenne). Seules les contributions présentées par l'Ethiopie et le Maroc sont jugées "suffisantes". Un grand nombre de pays, dont l'Inde, n'ont pas encore affiché leurs ambitions nationales, qui serviront de socle aux discussions de la COP 21. "Il est clair que si la réunion de Paris verrouille les engagements actuels pour 2030, maintenir le réchauffement sous les 2°C pourrait devenir pratiquement infaisable et le seuil de 1,5°C serait lui inatteignable", commente Bill Hare, de Climate Analytics, l'un des groupes du consortium Climate Action Tracker. La réunion qui s'est ouverte cette semaine à Bonn entre délégués de près de 200 pays est l'avant-dernière réunion préparatoire avant la tenue de la COP 21, du 30 novembre au 11 décembre. Elle doit permettre de réduire et de simplifier les 83 pages du texte de l'actuel projet d'accord. (voir ID:nL5N1163IY ) Le plafond des 2°C fait l'objet d'un accord conclu en 2010 sous l'égide des Nations unies. Mais une centaine de pays en développement, particulièrement les plus exposés à une montée du niveau des océans, réclament pour leur part un objectif plus ambitieux: plafonner le réchauffement sous 1,5°C. (Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant