Les enfants, victimes ignorées de la crise

le
0
2,6 MILLIONS DE NOUVEAUX ENFANTS PAUVRES DANS LES PAYS RICHES
2,6 MILLIONS DE NOUVEAUX ENFANTS PAUVRES DANS LES PAYS RICHES

PARIS (Reuters) - Depuis 2008 et le début de la crise économique et financière, 2,6 millions d'enfants ont basculé sous le seuil de pauvreté dans les 41 pays les plus riches du monde, dont 440.000 en France, selon un rapport de l'Unicef publié mardi.

Face à cette situation, le Fonds des Nations unies pour l'enfance appelle au maintien de "solides filets de sécurité sociale" pour protéger les enfants.

"Dans certains pays, sans des mesures spécifiques, ciblées, c'est une génération entière qui pourrait être sacrifiée. C'est un drame pour les enfants eux-mêmes, mais aussi pour l'avenir de nos sociétés", estime dans un communiqué Michèle Barzach, présidente de l'Unicef France.

Environ 76,5 millions d'enfants vivent sous le seuil de pauvreté, fixé à 60% du revenu médian, dans 41 pays de l'OCDE et de l'Union européenne, précise ce rapport intitulé "Les enfants de la récession" et réalisé par le centre de recherche Innocenti de l'Unicef. Dans 23 d'entre eux, la pauvreté des enfants a augmenté depuis 2008.

"La connaissance et la conscience des conséquences de la crise sur les enfants dans nos sociétés riches sont dramatiquement insuffisantes", juge Michèle Barzach, qui dit vouloir "provoquer une véritable prise de conscience des décideurs politiques".

C'est en Irlande, en Croatie, en Lettonie, en Grèce et en Islande (bonne dernière du classement) que la pauvreté des enfants a le plus fortement progressé depuis 2008.

Evoquant un "grand bond en arrière", l'étude précise qu'entre 2008 et 2012, les familles grecques avec enfants ont perdu l'équivalent de 14 années de progrès, l'Irlande, le Luxembourg et l'Espagne une décennie entière.

La France fait également figure de mauvais élève, en arrivant en trentième position du classement, juste derrière la Hongrie et devant le Mexique, avec un taux de pauvreté des enfants qui a augmenté de trois points (de 15,6 à 18,6%) entre 2008 et 2012, alors même que la pauvreté chez les personnes âgées baissait dans le même temps de 2,9 points.

Outre les enfants, la récession a fortement touché les jeunes de 15 à 24 ans, souligne ce rapport. Le nombre de jeunes ne suivant ni études, ni formation et ne travaillant pas a ainsi augmenté d'un million dans les 41 pays étudiés.

En 2013, ces jeunes "socialement disqualifiés" étaient 7,5 millions dans l'UE. Ils représentaient 11,2% des jeunes de cette tranche d'âge en France, 1% de plus qu'en 2008, précise l'agence de l'Onu.

(Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant