Les enfants des îles croates s'accrochent au continent grâce à l'éducation en ligne

le
0
Les enfants des îles croates s'accrochent au continent grâce à l'éducation en ligne
Les enfants des îles croates s'accrochent au continent grâce à l'éducation en ligne

En Croatie, donner une bonne éducation à une centaine d'enfants éparpillés sur une vingtaine d'îles est un défi, qui vise à maintenir en vie les archipels sous-peuplés qui longent la côte adriatique."L'école est synonyme de vie dans les petites îles", fait valoir Olivela Franko, directrice de l'école élémentaire de Losinj, une île paradisiaque du nord de l'Adriatique.Mme Franko est aussi la coordinatrice d'un programme d'éducation en ligne qui relie les écoles insulaires de la région. A Susak, par exemple, voisine de Losinj, seuls cinq élèves sont scolarisés."Nous faisons tout pour qu'ils n'aient pas l'impression de vivre au bout du monde. Ce système développe la maîtrise des ordinateurs chez les enfants et aide à leur socialisation", explique-t-elle.Sur les quelque 1.200 îles de l'Adriatique croate, seules 66 sont peuplées de nos jours et abritent une vingtaine d'écoles.Prises d'assaut l'été par des touristes à la recherche de nature préservée et de baies d'eau turquoise, elles sont dans l'isolement le reste de l'année.Au siècle dernier, nombre de ces îles vivaient de la production de vin, mais au fil des décennies les habitants sont partis à la recherche d'une vie meilleure ou ont fui à l'étranger pour échapper au régime communiste ex-yougoslave.Susak est un exemple criant. Au milieu du XXe siècle l'île comptait 2.000 habitants avec plus de 100 écoliers encadrés par six instituteurs.Aujourd'hui seulement 150 personnes, dont cinq enfants, vivent encore sur cette île longue de 3 km et large d'1,5 km, sans voiture. La plupart sont des personnes âgées vivant de leurs retraites, de la pêche, de l'agriculture ou du tourisme.L'hiver, le ferry reliant Susak à l'île voisine de Losinj n'est pas toujours en mesure d?accoster en raison d'intempéries.A Susak, comme dans la plupart des écoles insulaires, une même institutrice est chargée de l'éducation primaire, quel que soit le niveau."Lorsque je ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant