Les énergies renouvelables investissent la Tour Eiffel

le
0
Quatre petites éoliennes produisant un total de huit mille kilowattheures (KWh) chaque année seront dissimulées sous le premier étage de la Tour Eiffel. Elles symbolisent l'avènement de l'énergie durable dans le plus illustre monument de Paris
Quatre petites éoliennes produisant un total de huit mille kilowattheures (KWh) chaque année seront dissimulées sous le premier étage de la Tour Eiffel. Elles symbolisent l'avènement de l'énergie durable dans le plus illustre monument de Paris
La rénovation du premier étage du plus célèbre monument de Paris, qui accueille chaque année sept millions de visiteurs, est en cours. Avec pour principal credo le respect de la planète.



Le 1er avril 2011, fidèles à la tradition, nous avons mis en ligne un article « poisson d'avril ». Faux témoignages à l'appui, nous évoquions l'installation d'une petite éolienne au sommet de la tour Eiffel, soit à trois cent vingt-quatre mètres de hauteur. À l'époque, nous étions loin d'imaginer que, tout compte fait, il n'y avait qu'un petit pas entre la fiction et la réalité...

Quatre petites turbines verticales produisant quelque huit mille kilowattheures (KWh) par an vont en effet être installées sous le premier étage de l'édifice, ce sans entamer sa beauté légendaire puisqu'elles seront invisibles de l'extérieur. De même, quatre panneaux solaires thermiques d'une surface de dix mètres carrés permettront d'assurer près de la moitié des besoins en eau chaude sanitaire et 95 % des éclairages du premier étage seront remplacés par des ampoules basse consommation.



Un triomphe pour l'énergie durable


Cette rénovation consiste de surcroît à installer un système de récupération des eaux de pluie, qui seront dorénavant utilisées pour les toilettes et les sanitaires, suivant ce qui a déjà été entrepris dans plusieurs enceintes sportives. Les eaux usées seront elles aussi mises à profit : lorsqu'elles descendront du haut de la Tour Eiffel, elles passeront par des turbines pour produire une énergie « propre ». Des pompes à chaleur assureront par ailleurs le chauffage et le refroidissement des pavillons du premier étage.

Ces derniers feront peau neuve. Et outre les salles de réception et de conférence, qui deviendront des espaces événementiels, le restaurant ainsi que la boutique auront également droit à leur « cure de jouvence ».


Entamé en mai dernier et porté par la SETE (Société d'Exploitation de la tour Eiffel), laquelle a bien pris la mesure du potentiel du monument parisien, bien exposé aux vents, ce projet qui fait la part belle aux économies d'énergie et aux énergies renouvelables est historique. D'aucuns diront qu'il consacre définitivement l'entrée de la tour Eiffel (construite pour l'Exposition universelle de 1889) dans le XXIe siècle, qui sera « écolo » ou ne sera pas.

Très ambitieux, le dessein de la SETE inspirera peut-être d'autres sociétés d'exploitation de monuments parisiens prisés des touristes. Le Louvre, lui, s'est déjà mis au vert... Prévu pour s'achever courant 2014, le processus de rénovation du premier étage de la tour Eiffel doit permettre d'économiser 30 % de dépenses énergétiques. Belle performance.
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant