Les énergies fossiles encore lourdement subventionnées-OCDE

le
0

PARIS, 21 septembre (Reuters) - Les Etats les plus industrialisés ont encore consacré 160 à 200 milliards de dollars par an entre 2010 et 2014 à subventionner les énergies fossiles, écrit l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans un rapport publié lundi, à deux mois et demi de la conférence de Paris sur le climat. "Ces subventions accentuent le risque de perpétuer pendant des années, voire des décennies, des technologies polluantes", souligne cette organisation internationale. L'étude porte sur les 34 pays de l'OCDE et six partenaires (Brésil, Chine, Inde, Indonésie, Russie et Afrique du Sud), dans lesquels l'organisation recense 800 types de mesures de soutien à la production ou à la consommation de combustibles fossiles. Elle s'intéresse à ces subventions sous l'angle du coût fiscal pour les Etats en question. Selon ce document, 82% du soutien accordé y est absorbé par le pétrole brut et les produits pétroliers, 10% par le gaz et 8% par le charbon. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) parvient à un chiffre bien plus élevé encore en s'intéressant aux écarts de prix enregistrés dans une quarantaine de pays du Moyen-Orient, d'Afrique du Nord, d'Asie et d'Amérique latine par rapport à des prix internationaux de référence. L'AIE évalue à 548 milliards de dollars les subventions révélées par ces écarts en 2013, aux trois quarts concentrés dans dix pays, dont cinq exportateurs de pétrole et de gaz naturel du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. "Dans les pays du Moyen-Orient producteurs de pétrole, le coût du carburant est pratiquement égal au coût marginal de production", explique l'analyste de l'OCDE Jehan Sauvage. "C'est une subvention indirecte qui n'apparaît pas dans les budgets." Les périmètres des deux études sont différents mais se recoupent en partie, ce qui rend difficile une évaluation globale, d'autant plus qu'elles laissent de côté de nombreux autres pays, en grande majorité en voie de développement. Selon Jehan Sauvage, auteur de celle de l'OCDE, les subventions directes ou indirectes constatées par les deux organisations dans ces deux ensembles de pays représentent 500 à 600 milliards de dollars par an. Le soutien aux énergies fossiles dans les pays étudiés par l'OCDE semble cependant "s'orienter à la baisse", après avoir atteint des pics en 2008 et 2011-2012, lit-on dans le rapport. Une part non négligeable de cette baisse est due à l'élimination au Mexique du soutien à la consommation d'essence et de gazole et aux efforts de l'Inde pour le limiter. L'Indonésie, les Pays-Bas, l'Autriche, la Slovaquie, le Canada, l'Allemagne et la France sont également cités parmi les pays qui s'efforcent de réduire ce type de dépenses fiscales. Mais "il subsiste d'importantes possibilités de réforme", ajoutent les auteurs du rapport de l'OCDE. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant