Les encours du Henderson Gartmore Continental European Fund passent la barre des 2 milliards d'Euros

le
0

Lancé le 24 mars 2005 et géré par John Bennett depuis le 1er février 2010, le Henderson Gartmore Continental European Fund vient de dépasser la barre des 2 milliards d'euros d'encours sous gestion, et ce, principalement grâce aux apports d'investisseurs européens et d'Amérique latine. Malgré les mouvements de « risk-on- risk-off » du marché, le fonds a enregistré une bonne performance depuis le début de l'année. Par ailleurs, le fonds est classé dans le premier quartile de son « peer groupe » sur trois et cinq ans (deuxième quartile sur un an).*

« Le secteur sur lequel nous opérons a tendance à se focaliser sur le court-terme mais il est essentiel de prendre du recul et de se projeter sur le long-terme ». La performance du fonds à long-terme a été influencée par une exposition au secteur industriel. Un bon thème sectoriel présente deux avantages : il a tendance à se propager au niveau mondial, normalement d'ouest en est, et il perdure dans le temps. « Les entreprises du secteur pharmaceutique, par exemple, sont l'un de nos principaux thèmes depuis maintenant quatre ans et elles restent l'un des secteurs que nous continuons de privilégier. Le secteur a déjà bien progressé depuis les bénéfices à un chiffre qu'il enregistrait il y a encore quelques années mais nous sommes convaincus que sa véritable renaissance à travers la science, reste à venir. »

L'Europe dispose d'un essaim d'entreprises solides et variées. Nous continuons à y trouver de bonnes idées d'investissement correspondant aux thèmes de notre portefeuille. Les actions européennes ne sont peut-être plus bon marché, en valeur absolue, mais la région reste l'une des plus attractives pour les investisseurs. « Il est également fort possible que les bénéfices effectuent un retour positif à la moyenne. Les bénéfices européens sont encore inférieurs à leur plus haut niveau et le dernier pic enregistré remonte à 2007. Les actions européennes sont meilleures marché que les actions américaines et le potentiel de retour à la moyenne de leurs bénéfices est supérieur. »

Les risques existent mais nous préférons mettre l'accent sur les titres plutôt que sur des événements géopolitiques que nous ne maîtrisons pas et qui pourraient être susceptibles, ou non, d'affecter la région. « Les investisseurs se sont habitués aux annonces incessantes plaçant la zone Euro comme le principal risque pour le reste du monde et pour les marchés européens ». La situation a désormais bien changé. La plupart des risques auxquels les marchés européens sont confrontés à l'heure actuelle viennent de l'extérieur. « Et bien que nous soyons convaincus que cette expérience globale d'émission monétaire va mal se terminer il est désormais évident que la période de marché haussier touche à sa fin. Cette tendance, si elle vient à se confirmer, serait bénéfique pour les valeurs européennes de large et de méga capitalisation boursière, ce qui aurait également des répercussions positives sur le fonds. »


Le Henderson Gartmore Continental European Fund est géré par John Bennett

*Source : Morningstar, 30 avril 2014

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant