Les encours d'épargne salariale tutoient les 110 milliards d'euros

le
0

(NEWSManagers.com) - Au 31 décembre 2014, les encours d'épargne salariale se sont établis à 109,9 milliards d'euros contre 104,4 milliards d'euros un an plus tôt, selon l'enquête annuelle publiée le 16 avril par l'Association française de la gestion d'actifs ( AFG). Les actifs sont ainsi en hausse de plus de 5% par rapport au 31 décembre 2013 en raison essentiellement de la bonne tenue des marchés.

L' AFG profite de la publication de ces chiffres pour saluer l'intégration d'un bon nombre de ses propositions et de celles du Copiesas dans le projet de loi Macron actuellement en discussion au Parlement. L'association professionnelle " espère que ces mesures figureront dans le texte définitif, permettant ainsi d'étendre le bénéfice de l'épargne salariale à davantage de salariés et de mieux financer l'économie nationale" .

Les encours de l'épargne salariale se répartissent en 2014 entre les fonds d'actionnariat salarié à hauteur de 42,9 milliards d'euros, soit 39 % du total ; les fonds " diversifiés " , investis eux-mêmes largement en actions, à hauteur de 67 milliards d'euros, soit 61 % du total.

Les fonds solidaires continuent de progresser. En 2014, leur actif est passé de 3,7 milliards à 4,1 milliards d'euros, soit une progression de 11 %. La progression est également marquée pour les fonds ISR (Investissement Socialement Responsable) dont l'encours est désormais de 19,2 milliards d'euros (+ 19 % en 2014). L'ISR atteint désormais 30% de l'épargne salariale diversifiée.

Le nombre d'entreprises équipées poursuit régulièrement sa croissance. Au 31 décembre 2014 en effet, près de 290.000 entreprises disposent d'un plan d'épargne salariale, soit une hausse de 3 % par rapport au 31 décembre 2013. Elles sont 283.000 à compter moins de 250 salariés souscripteurs d'épargne salariale, soit 10.000 de plus en un an.

Les versements sur des dispositifs d'épargne salariale ont atteint 12,2 milliards d'euros en 2014 (en augmentation de plus de 4 % par rapport à 2013). Ils se répartissent de la manière suivante : 3,6 milliards d'euros au titre de la participation, 3,5 milliards d'euros au titre de l'intéressement, 2,8 milliards d'euros au titre des versements volontaires des salariés et 2,3 milliards d'euros au titre de l'abondement des entreprises.

Le montant des rachats s'élève à 12 milliards ce qui donne un solde net de souscription en équilibre positif (+200 millions d'euros) contre un solde net de souscription négatif de 3,5 milliards d'euros en 2013 dû essentiellement à la mesure contestable de déblocage exceptionnel de l'épargne salariale.

Sur les 110 milliards d'euros de l'épargne salariale, les PERCO représentent 10,3 milliards d'euros (+ 20 % sur un an). La croissance de leur actif net s'explique principalement par le très bon niveau des souscriptions nettes à 1,3 milliards d'euros.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant