Les emplois d'avenir devraient être ouverts aux entreprises

le
2

PARIS (Reuters) - Le projet de loi créant les emplois d'avenir, qui doit être présenté le 29 août en conseil des ministres, s'adresse en priorité aux acteurs publics mais aussi aux entreprises, sous certaines conditions, croient savoir Les Echos de mercredi.

Promesse phare de François Hollande, les emplois d'avenir désignent des contrats de travail en partie subventionnés pour les jeunes chômeurs de longue durée.

Les secteurs d'activité éligibles et le taux de subventions dans les entreprises seront fixés par décret, indique le quotidien, qui dit s'être procuré une copie du projet de loi.

"Le dispositif s'adresse en priorité aux acteurs publics (collectivités locales, associations, etc.), qui seront subventionnés à hauteur de 75 %", écrivent Les Echos, précisant que quelque 150.000 contrats sont prévus.

"Mais la surprise est que les entreprises y auront également accès, sous certaines conditions", ajoutent-ils. "Des emplois d'avenir de professeur seront également proposés aux boursiers qui se destinent au métier d'enseignant."

Le ministre du Travail Michel Sapin a indiqué mardi que ce projet de loi serait présenté en conseil des ministres le 29 août.

"Il s'agit d'emplois durables, ciblés principalement sur les jeunes peu qualifiés qui rencontrent de lourdes difficultés dans le monde du travail", souligne-t-il dans un entretien au Figaro de mercredi. "L'aide de l'État sera d'une durée de un à trois ans quelle que soit la forme du contrat, avec une forte incitation à la conclusion de CDI", ajoute-t-il.

Chine Labbé, édité par Jean-Philippe Lefief

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le mercredi 22 aout 2012 à 08:41

    Les emplois d'avenir n'en ont aucun; ils sont réservés, aujourd'hui,aux collectivités et associations qui sont, par définition en suréffectif donc aucune possibilité de voir le CDD se transformer en CDI. Résultat: c'est de la poudre aux yeux.

  • nayara10 le mercredi 22 aout 2012 à 08:35

    Comme en Russie ,il y a 50 ans .A la différence que les prioritaires les Ethniques d'ailleur .....Le tout financé par les indigènes dépouillés..Il faut avoir les mots justes ...Et non pas les phrases de l'ENA...