Les émissions mondiales de CO2 stables pour la 3e année-étude

le
0
    MARRAKECH, Maroc, 14 novembre (Reuters) - Les émissions 
mondiales de dioxyde carbone (CO2) sont restées à un niveau 
quasi identique pour la troisième année consécutive en 2016, 
grâce notamment à la réduction des émissions chinoises, montre 
une étude internationale publiée lundi par le Global Carbon 
Project à l'occasion de la COP22 à Marrakech. 
    Les émissions de CO2 issues de combustibles fossiles et de 
l'industrie ont augmenté de 0,2% en 2016 par rapport à 2015, et 
s'établissent à 36,4 milliards de tonnes, selon des chiffres 
encore préliminaires. Dans les années 2000, elles progressaient 
encore à un rythme de 3%. 
    Le dioxyde de carbone est le principal gaz à effet de serre 
produit par les activités humaines. 
    Le Global Carbon Project, qui regroupe des chercheurs sur le 
changement climatique, a salué la stagnation des émissions alors 
que la croissance mondiale se poursuit, mais a mis en garde 
contre trop d'optimisme. 
    "Il est bien trop tôt pour dire que nous avons atteint un 
pic des émissions", estime Glen Peters, coauteur du rapport et 
chercheur au Center for International Climate and Environmental 
Research d'Oslo. 
    "Jusqu'à présent le ralentissement a été mené par la Chine", 
ajoute-t-il, soulignant que Pékin sera un acteur clé à l'avenir, 
puisque le pays représente près de 30% du total mondial des 
émissions.  
    Selon le rapport publié dans le journal Earth System Science 
Data, les émissions du pays sont susceptibles de reculer de 0,5% 
cette année, en raison du ralentissement de la croissance et du 
recul de la consommation de charbon. 
    En contraste, les émissions continuent d'augmenter dans de 
nombreux pays émergents. 
    Aux Etats-Unis, les émissions devraient elles reculer de 
1,7% cette année, en lien avec une baisse de la consommation de 
charbon.  
    Donald Trump, président élu des Etats-Unis, a promis pendant 
sa campagne de défendre l'industrie du charbon américaine, 
jugeant que le réchauffement climatique était un canular. 
    La conférence sur le climat (COP 22) qui se tient jusqu'au 
18 novembre à Marrakech est marquée par les incertitudes, 
notamment sur la mise en oeuvre de l'accord de Paris entré en 
vigueur en novembre, après l'élection mardi de Donald Trump. 
 
 (Alister Doyle; Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant