Les Émirats veulent transformer un quartier de Belgrade en réplique de Dubaï

le
0

Les Emirats Arabes Unis ont investit 3 milliards d’euros pour développer un quartier populaire de la ville de Belgrade, en Serbie. Objectif : faire un gigantesque complexe luxueux incluant commerces et habitations.

Le projet est d’ores et déjà qualifié «d’arnaque» par ses détracteurs. La Serbie a signé dimanche un accord avec un promoteur des Emirats Arabes Unis portant sur 3 milliards de dollars pour développer un quartier populaire de Belgrade en un gigantesque complexe luxueux incluant commerces et habitations. Le pays et le promoteur immobilier émirati Eagle Hills se sont accordés sur un investissement controversé de 3 milliards de dollars (2,75 milliards d’euros) pour réaménager la zone de Savamala, centre de la vie artistique et nocturne de Belgrade.

Ce quartier construit au 19e siècle sur la rive droite de la rivière Sava, près du centre-ville de la capitale, sera transformé en un luxueux complexe comprenant des immeubles d’habitation, des bureaux, des commerces et une tour de 200 mètres de haut dans le style de ce qui se fait à Dubaï. La moitié des infrastructures de ce projet baptisé «Belgrade Waterfront» devra être prête dans moins de 20 ans, selon l’accord signé par la ministre serbe des Infrastructures Zorana Mihajlovic et un dirigeant d’Eagle Hills.

Le groupe investira 300 millions d’euros dans le projet, dont la moitié en capitaux propres et l’autre en emprunt auprès des actionnaires, selon une déclaration des autorités serbes. Aucun autre détail sur le reste du financement ni sur les éventuelles contreparties serbes n’a été révélé. Des centaines de personnes manifestaient dimanche en face de l’immeuble où était signé l’accord. «Traîtres», «nous ne vous laisserons pas faire ça», hurlaient les manifestants au milieu desquels trônait un canard jaune géant en polystyrène, symbole de l’arnaque dans la culture serbe.

«Nous pensons que c’est une immense arnaque», a déclaré Radomir Lazovic, un des organisateurs de la manifestation. «Le projet manque de transparence, on n’en connaît rien. Les experts n’ont pas été consultés. Il n’y a pas eu d’étude de faisabilité économique», a-t-il précisé à l’AFP. De nombreuses associations s’opposent à ce projet d’aménagement pharaonique depuis qu’il a été présenté par le gouvernemnt populiste du Premier ministre Aleksandar Vukic comme son projet phare.

Les opposants considèrent que ce projet, incluant la vente de plus de 6.000 appartements de standing, est irréaliste dans un pays où le salaire moyen est de 350 euros. Cependant le maire de Belgrade, Sinisa Mali, s’est félicité de l’accord: «Belgrade Waterfront est le plus grand projet de son genre, non seulement dans la région, mais dans toute l’Europe».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant