Les Émirats arabes unis, surprise de l'autre CAN

le
0
Les Émirats arabes unis, surprise de l'autre CAN
Les Émirats arabes unis, surprise de l'autre CAN

Des Émirats arabes unis, on retient surtout du pognon et vieilles gloires du foot. Mais depuis peu, ils ont aussi une équipe nationale. Déjà qualifiée pour les 1/4 de finale, elle pourrait même constituer une fameuse surprise de cette Coupe d'Asie.

George Weah, Philip Cocu, Fabio Cannavaro ou encore Jorge Valdivia En général, quand on lie le mot "football" aux Émirats arabes unis, on pense plus facilement à ces gaillards venus terminer leur carrière tranquillou au soleil plutôt qu'aux résultats de l'équipe nationale. À la limite, certains se souviennent que les EAU ont participé à une Coupe du monde, en 1990. Bilan : trois défaites, 11 buts encaissés avec quatre Mubarak dans l'équipe et surtout Adnan Al-Talyani, futur recordman de sélections (164) et meilleur buteur (53) des Faucons. Six ans plus tard, il est d'ailleurs encore un des cadres de l'équipe qui atteindra la finale de la Coupe d'Asie perdue aux tirs au but face à l'Arabie saoudite. Mais à côté de ça, rien. Ah si, une petite Kirin Cup remportée en 2005 contre le Japon et le Pérou. Depuis lors, les EAU n'ont inscrit que quatre buts pour cinq points en trois Coupes d'Asie. Mais cette année, c'est différent, après deux victoires synonymes de qualification pour les quarts de finale, les Al Sukoor espèrent réaliser un beau coup en Australie, et ça reste envisageable
Invaincus en AFC depuis huit matchs
Sortis premiers sans aucun problème des éliminatoires, les Émirats ont commencé de la plus belle des manières leur compétition, en éclatant le Qatar 4-1. Guidés par le gardien-capitaine Majed Naser, les hommes de Mahdi Ali ont laissé l'honneur à leur adversaire d'ouvrir le score avant de renverser la tendance. Ahmed Khalil prenant à son compte les deux premiers buts – un ridicule du torse sur un ballon dégagé, l'autre superbe sur coup franc – avant que Fahad Al Hajeri n'y aille également de son doublé. Sélectionné depuis seulement 2012, l'attaquant de 24 ans a déjà planté 23 buts en une trentaine de sélections. Tellement fulgurant qu'il est parvenu à éclipser de l'équipe l'emblématique capitaine et joueur d'Al-Whada, Ismail Matar. Quatre jours après ses exploits qataris, Al Hajeri a d'ailleurs remis le couvert face au Bahreïn après une quinzaine de secondes et ses Faucons l'ont emporté – plus difficilement – 1-2 face à des Bahreïniens du coup éliminés.

Outre le buteur Al Hajeri, ces deux victoires initiales possèdent également quelques points communs. Le plus important s'écrit clairement en quatre lettres : Omar. Virevoltant, technique, toujours au bon endroit, le petit milieu offensif a distribué les caviars durant 180 minutes. Lui qui n'a pas - encore - été un cadre...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant