Les émigrés israéliens taxés de traîtrise à la cause sioniste

le
1
De nombreux jeunes Israéliens quittent le pays pour s'installer en Europe ou aux États-Unis.
De nombreux jeunes Israéliens quittent le pays pour s'installer en Europe ou aux États-Unis.

Ils ont entre 25 et 40 ans. Célibataires ou en couple, avec ou sans enfants. Ils ont quitté Israël pour vivre à l'étranger. Ce sont des yordim, un terme qui, en hébreu, signifie littéralement "ceux qui descendent". Selon certaines statistiques, il y en aurait aujourd'hui 800 000 installés un peu partout dans le monde. Cette émigration a toujours existé et a toujours été dénoncée par les dirigeants israéliens en des termes très durs, comme Yitzhak Rabin qui, en 1974, parlait des yordim comme de "déchets", de "chiffes molles".

Le coût de la vie

Et voilà qu'en cet automne 2013 la question a resurgi et créé la polémique. C'est la diffusion, il y a un peu plus d'un mois, par la chaîne 10 de la télé israélienne d'une série intitulée Les nouveaux yordim qui a lancé le débat. Quatre longs reportages sur de jeunes Israéliens installés en Europe ou aux États-Unis, décrivant leur nouvelle vie et expliquant les motifs pour lesquels ils sont partis d'Israël. Première et souvent seule motivation : la situation économique. Comme Moran, 32 ans, qui vit avec son mari et son jeune fils à Berlin : "En Israël, explique-t-elle, mon compte en banque était toujours dans le rouge. Ici, à Berlin, c'est fini. Je suis constamment et confortablement dans le vert. Berlin, ajoute-t-elle en riant, c'est pour moi le meilleur des comptes épargne." À l'autre bout du monde, chez l'Oncle Sam, on retrouve Dorit et Zohar. Avant d'habiter dans le New...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3609791 le lundi 28 oct 2013 à 06:47

    En France, nous, nous bénéficions d'une immigration nombreuse, multiculturelle, désireuse de s'intégrer à notre mode vie. Venant de tous pays, elle maîtrise rapidement le fonctionnement de nos institutions. Ces chances pour la France sont l'avenir de notre Nation et de l'Europe toute entière. Au contraire des émigrés Israéliens, nos recrues ont fait des études longues et veulent naturellement maîtriser notre langue en travaillant immédiatement dans le respect de nos lois.