Les émergents ne sont pas l'eldorado des laboratoires

le
0
Le marché pharmaceutique des pays émergents est en très forte croissance, mais le faible niveau de vie empêche les laboratoires d'y réaliser des marges importantes. Selon Euler Hermes, les considérer comme des relais de croissance à court terme serait erroné.

Les pays émergents : eldorado des entreprises occidentales. Cette affirmation semble devenue parole d'évangile tant ces dernières, victimes d'une croissance molle voire atone sur leurs marchés historiques, tirent l'essentiel de leurs performances du dynamisme de ces marchés à forte croissance.

L'industrie pharmaceutique n'échappe pas au phénomène. Le champion tricolore du secteur, Sanofi-Aventis, en a par exemple fait l'une de ses six plateformes stratégiques, au même titre que la santé animale, les vaccins ou encore le diabète. Le premier laboratoire français en terme de chiffre d'affaires y a réalisé l'année dernière près de 30% de son activité, soit environ 30 milliards d'euros, contre 18% en 2005. Et à l'horizon 2013, le groupe estime à 70% la contribution de ces zones à la hausse de son chiffre d'affaires.

Les perspectives sont attrayantes : croissance moyenne annuelle du marché pharmaceutique dans les BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) d'environ 16%, exp

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant