Les embouteillages ont coûté 17 milliards d'euros en 2013

le
4

Selon une étude, révélée ce mardi, le trafic va être de plus en plus congestionné en France. En 2030, le coût lié aux bouchons atteindra 22 milliards. De toutes les villes étudiées à travers le monde, Paris sera la plus touchée.

La France n'en a pas fini avec les bouchons et la situation va même se dégrader. Telles sont les prévisions réalisées par INRIX, fournisseur leader dans le monde de services d'info-trafic, qui a réalisé une étude avec le Centre for Economics and Business Research (Cebr) pour en chiffrer le coût.

La facture annuelle qui s'élève, en 2013, à 17 milliards d'euros va passer à 22 milliards en 2030, soit une hausse de 31 % par rapport à la situation actuelle. Un coût faramineux, note le rapport, dû à plusieurs facteurs. Parmi eux, l'augmentation du parc automobile qui comptera 35 millions de véhicules en 2030, contre 30,8 aujourd'hui, mais aussi l'intensification du trafic avec une hausse attendue de 14 % en quinze ans et l'accroissement de la population qui, selon ce même rapport, va augmenter de 7 %. Elle passera de 64 millions de personnes en 2013 à 72 millions en 2030.

Analysant l'évolution du coût des embouteillages en Europe et aux États-Unis sur les 15 prochaines années, les auteurs de ce rapport notent que la France devrait connaître la troisième plus forte hausse, derrière le Royaume-Uni (+ 63 % de hausse) et les États-Unis (+50 %). L'Hexagone est sur un pied d'égalité avec l'Allemagne sur ce point.

Graves conséquences pour l'économie et l'environnement

Mais c'est à Paris, où le nombre d'habitants va augmenter de 5 %, que les plus fortes répercussions financières sont attendues. De toutes les villes étudiées à travers le monde, la capitale française détient, en effet, la palme de la hausse des coûts la plus importante avec une progression attendue entre 2013 et 2030 de 51 % contre une augmentation de 45 % à Londres et de 49 % pour Los Angeles. L'impact des bouchons aura un coût de 4123 euros par Parisien à comparer à un coût actuel de 2883 euros.

Pour parvenir à ces résultats chiffrés, les auteurs de l'étude indiquent avoir additionné les coûts directs (carburant gaspillé et temps perdu) et les coûts indirects liés aux dépenses supplémentaires pour se déplacer en cas de bouchons. «Ainsi, le transport de marchandises devient plus onéreux, tout comme les trajets pour se rendre à une réunion professionnelle. Ces hausses sont ensuite répercutées sur les prix des produits de grande consommation», explique INRIX.

Avec cette projection inquiétante dans quinze ans, les responsables de l'INRIX tirent le signal d'alarme. «Si nous ne réagissons pas dès maintenant, la saturation des axes routiers aura de très graves conséquences pour l'économie du pays, les entreprises et les citoyens dans les années à venir. Et si la question semble déjà très préoccupante aujourd'hui, ce sera bien pire encore à l'horizon 2030», souligne Matt Simmons, son Directeur Europe.

D'ici 2030, l'étude prévoit qu'à l'échelle planétaire, les bouchons coûteront 221 milliards d'euros par an aux économies occidentales soit 70 milliards d'euros de plus qu'en 2013 (151 milliards d'euros).

Cette évolution inquiétante aura des conséquences sur l'environnement que l'étude a calculées. Entre 2013 et 2030, les émissions de CO2 devraient augmenter de 13 % en France.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lsleleu le mercredi 15 oct 2014 à 10:45

    Ce serait intéressant de savoir comment on arrive à ce chiffre . Des études comme ça ils peuvent les garder .

  • dance4me le mardi 14 oct 2014 à 15:11

    Du coup, Ségolène s'est sentie obligée de générer plus de bouchons le week-end. Tout est normal.

  • titide le mardi 14 oct 2014 à 11:20

    avec les autoroutes gratuites de Ségolène se sera encore pire!

  • titide le mardi 14 oct 2014 à 11:19

    avec les autoroutes gratauites de Ségolène se ser