Les élus se mobilisent pour faire gracier Jacqueline Sauvage

le , mis à jour le
0
Jacqueline Sauvage, capture d'écran i>Télé.
Jacqueline Sauvage, capture d'écran i>Télé.

Après les féministes et les internautes, c'est au tour des parlementaires de se mobiliser pour appeler François Hollande à gracier Jacqueline Sauvage. Condamnée en 2014 à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari Norbert Marot en 2012, la sexagénaire, mère de trois filles, a écopé de la même peine en appel début décembre. Une pétition baptisée "François Hollande, accordez la grâce présidentielle à Jacqueline Sauvage" a été mise en ligne sur le site Change.org et a recueilli plus de 122 000 signatures à ce jour. Un pot commun, qui a récolté plus de 13 000 euros, a également été créé par des internautes pour la soutenir et l'aider à vivre moins durement son incarcération.

"Une légitime défense différée" pour les femmes battues

Les internautes ne sont pas les seuls à se mobiliser. Valérie Boyer, députée les Républicains (LR) des Bouches-du-Rhône, a décidé elle aussi, avec une trentaine d'autres élus de droite et du centre, de lancer une pétition et l'a envoyée ce vendredi au chef de l'État. "Même si le meurtre doit être condamné dans notre pays, nous devons prendre en compte le contexte particulier de ce meurtre familial. Avant d'être criminelle, Jacqueline Sauvage est avant tout une victime. Victime des violences répétées de son mari. Victime d'un homme qui battait et violait sa femme et leurs enfants", écrit l'élue.

"Une femme décède tous les trois jours sous les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant