Les élites attendues à Davos sur fond d'inégalités croissantes

le
2
DAVOS FACE À LA 4E RÉVOLUTION INDUSTRIELLE
DAVOS FACE À LA 4E RÉVOLUTION INDUSTRIELLE

par Ben Hirschler et Noah Barkin

DAVOS, Suisse (Reuters) - La montée des inégalités dans le monde et la méfiance croissante des populations envers leurs gouvernants constituent autant de défis urgents pour les responsables politiques et économiques qui se réuniront à partir de mercredi au Forum économique mondial de Davos.

L'ONG Oxfam a publié lundi un rapport selon lequel le patrimoine cumulé de 62 individus équivaut à celui de la moitié la plus pauvre de la population de la planète, soit environ 3,5 milliards de personnes.

Personne n'avait anticipé que l'écart de richesses augmenterait aussi vite: les 1% les plus riches détiennent désormais davantage que les 99% autres, avec un an d'avance sur les prévisions de l'organisation de lutte contre la pauvreté.

"Au lieu d'être réinjectés dans l'économie, le revenu et la richesse sont aspirés par le haut à un rythme alarmant", juge Oxfam dans son rapport.

L'ONG dénonce ainsi une "toile d'araignée mondiale" de paradis fiscaux, où seraient placés, selon une récente étude, près de 7.000 milliards d'euros, soit plus que les PIB allemand et français réunis.

Ces inégalités croissantes accentuent la perte de confiance des électeurs envers leurs gouvernements et l'émergence de partis populistes.

"C'est un avertissement majeur", estime Jyrki raina, secrétaire général de l'IndustriALL Global Union, qui représente 50 millions de salariés dans 140 pays dans les secteurs des mines, de l'énergie et de l'industrie manufacturière. "L'inégalité est l'une des principales menaces pour le bien-être économique et on doit s'y attaquer."

"MAÎTRISER LA QUATRIÈME RÉVOLUTION INDUSTRIELLE"

La société de relations publiques américaine Edelman relève que son "baromètre de confiance", qui mesure l'écart entre les catégories de populations diplômées, riches et régulièrement informées et les autres catégories n'a jamais été aussi grand.

Le baromètre est calculé d'après une enquête effectuée sur internet auprès d'un échantillon de 33.000 personnes dans 28 pays.

"La conséquence, c'est le populisme, incarné par (Donald) Trump ou (Marine) Le Pen", estime le PDG de la société, Richard Edelman.

La prochaine vague d'innovation technologique, celle des objets connectés, de la robotique, des bio- ou nanotechnologies porte en germe de nouveaux bouleversements sociaux car elle pourrait aboutir à la destruction de nombreux emplois traditionnels remplacés par des robots.

Ce sera le thème officiel du 46e Forum économique mondial, qui se déroulera du 20 au 23 janvier dans la station des Grisons sous le titre: "Maîtriser la quatrième révolution industrielle".

Le président américain Barack Obama a évoqué le sujet dans son dernier discours sur l'état de l'Union, notant que ces changements refaçonnent la planète.

"C'est un changement qui peut élargir les opportunités ou accroître les inégalités. Et qu'on le veuille ou non, le rythme de ce changement ne fait que s'accélérer", a-t-il dit.

"Dans une économie mondiale, les entreprises peuvent s'installer n'importe où, et affronter une concurrence plus rude (...). En conséquence, les travailleurs ont moins de leviers pour une amélioration. Les entreprises sont moins loyales envers leurs communautés. Et de plus en plus de richesses et de revenus se concentrent tout en haut."

Barack Obama ne sera pas présent à Davos, mais les Etats-Unis seront représentés par le vice-président Joe Biden et le secrétaire d'Etat John Kerry.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et les chefs de la diplomatie iranienne et saoudienne sont aussi annoncés, sur fond d'exacerbation du conflit entre chiites et sunnites au Moyen-Orient.

Le Premier ministre britannique David Cameron et le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi participeront également aux discussions, alors que l'Europe est fortement ébranlée par la crise migratoire.

(Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 31batso il y a 11 mois

    Cette société me fait penser à Icare, qui voulant prendre toujours plus d'altitude, finit par perdre ses ailes confectionnées avec de la cire et des plumes, et meurt précipité dans la mer qui porte désormais son nom : la mer Icarienne.

  • 31batso il y a 11 mois

    D'un côté, les élites, les 1%, toujours à la recherche de plus de confort, amassent tout ce qu'ils peuvent, et aidés par les différents plans pour optimisation fiscale, mettent 7.000 milliards $ à l'abris dans les paradis fiscaux, et de l'autre, les 99% continuent à perdre leur pouvoir d'achat (pour certains n'en ont plus), de payer impôts, et taxes toujours plus importantes, et la classe moyenne est en train de s'éteindre à petit feu.