Les Éléphants tiennent leur finale

le
0
Les Éléphants tiennent leur finale
Les Éléphants tiennent leur finale

Dans la première demi-finale de cette CAN, les Ivoiriens ont pris le meilleur sur la RDC (3-1), lancé par un missile de Yaya Touré et validant ainsi leur ticket pour la finale.


RD Congo - Côte d'Ivoire
(1-3)

D. Mbokani (26') pour RD Congo , Y. Touré (20'), Gervinho (41'), S. Kanon (68') pour Côte d'Ivoire.


125. En km/h, c'est plutôt rapide. Et ce n'est sûrement pas Kidiaba qui dira le contraire. On joue la 20e minute de jeu, lorsque Yaya Touré aperçoit la gonfle sortir de la surface de réparation congolaise en roulant. N'écoutant que sa rage, le joueur de Manchester City déclenche une véritable minasse qui vient se loger sous la barre d'un Kidiaba bien impuissant. La Côte d'Ivoire ouvre le score et de quelle manière ! Comme une évidence, c'était à lui, Yaya Touré, de montrer la voie aux siens dans cette demi-finale. Derrière, et malgré l'égalisation de Mbokani, Gervinho et Kanon viendront assurer la qualification des Éléphants pour la finale. Celle que tout un pays attendait tant.
Frappe de mule
Face à la Côte d'Ivoire, il est évident que la RDC, équipe surprise de ce dernier carré, fait office d'outsider, voire de simple sparring-partner, pour les plus mauvaises langues. Pourtant, dès les premières minutes de la rencontre, ce sont bien les Congolais qui donnent le rythme et prennent la possession du ballon. D'ailleurs, dès la sixième minute de jeu, Bokila n'est pas loin de concrétiser cette domination congolaise mais sa puissante frappe du gauche est détournée par un Gbohouo vigilant. Sûrement énervé de voir son équipe ainsi dominée, Yaya Touré prend les choses en main à la 20e en balançant un véritable missile à l'entrée de la surface pour ouvrir le score. Un but que les Ivoiriens n'ont même pas le temps de fêter, puisqu'à peine trois minutes plus tard, Éric Bailly se rend coupable d'une main dans sa surface. Intentionnalité ou pas, Dieumerci Mbokani s'en moque totalement et place un plat du pied droit imparable. Les compteurs sont remis à zéro. Dans un match assez intense et globalement équilibré, Gervinho est à deux doigts de redonner l'avantage aux siens, mais sa tête lobée est sauvée in extremis par le retour salvateur de Zakuani. Ce n'est finalement que partie remise. Une...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant