Les éléphants de Tanzanie menacés d'extinction d'ici à sept ans

le
0
Les éléphants de Tanzanie menacés d'extinction d'ici à sept ans
Les éléphants de Tanzanie menacés d'extinction d'ici à sept ans

Le braconnage d'éléphants a atteint des niveaux si alarmants en Tanzanie que les pachydermes pourraient disparaître du pays d'ici à seulement sept ans, a prévenu ce vendredi une ONG de défense des animaux lors d'une conférence à Dar es-Salaam.

Cette conférence de deux jours, sous l'égide de l'ONU, vise à étudier les moyens d'enrayer le massacre des éléphants en Tanzanie, destination touristique qui se dit déterminée à protéger sa faune exceptionnelle. Mais le pays a du mal à faire face à des bandes criminelles très organisées et aux méthodes de plus en plus sophistiquées.

En Tanzanie, «environ 30 éléphants sont tués par jour (...) à ce rythme, la population d'éléphants sera exterminée d'ici à 2020», a affirmé la Société de Protection des éléphants de Tanzanie (Teps).

Dès l'ouverture de la conférence, le vice-président tanzanien Mohamed Gharib a appelé à l'aide internationale pour lutter contre les réseaux braconniers. «Des réseaux de braconnage complexes et bien organisés, dans et hors du pays, sont derrière ce commerce illégal, ce qui empêche la Tanzanie de gagner seule cette bataille», a-t-il plaidé, peignant un sombre tableau de la situation actuelle.

Les autorités tanzaniennes avaient lancé l'an dernier une campagne controversée de lutte contre le braconnage, autorisant les gardes des parcs nationaux à «tirer pour tuer» sur les braconniers.

Le nombre d'animaux abattus avait alors chuté, selon le gouvernement, de manière spectaculaire, mais l'opération avait dû être suspendue, car marquée par des accusations de graves abus de la part des gardes contre les populations locales, dont des vols, viols et meurtres. Au moins 19 personnes avaient été tuées et plus de 1000 arrêtées au cours de cette campagne, selon un rapport gouvernemental.

Appel à l'armée

Aujourd'hui, le directeur de la Teps a demandé l'armée à intervenir pour lutter contre les braconniers qui ont repris ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant