Les éléphants d'Afrique toujours plus menacés par le braconnage

le
0
Les éléphants d'Afrique toujours plus menacés par le braconnage
Les éléphants d'Afrique toujours plus menacés par le braconnage

L'Afrique va-t-elle perdre 20% de ses éléphants ? Des représentants d'une trentaine de pays se sont réunis ce lundi au Botswana pour tenter d'enrayer le braconnage et le trafic d'ivoire sur le continent qui menacent désormais par endroits la survie de l'espèce.

Alors que la population d'éléphants en Afrique est estimée à environ 500 000 individus, quelque 25 000 animaux ont été abattus par les braconniers en 2011 ?annus horibilis pour les éléphants, selon les défenseurs de l'environnement? et 22 000 en 2012. A ce rythme, l'Afrique pourrait perdre un cinquième de ses éléphants dans les dix ans à venir, selon un rapport publié ce lundi par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), en marge de la conférence organisée à Gaborone, au Botswana.

L'ampleur de la menace, surtout ces deux dernières années (2011 et 2012), est si grave que les experts prédisent que «si des mesures concrètes ne sont pas prises d'urgence pour enrayer la tendance, certaines populations d'éléphants peuvent continuer à baisser rapidement et, dans certains cas, être perdues», note le projet de conclusion.

Demande croissante d'ivoire en Chine et en Thaïlande

«En Afrique centrale, les éléphants subissent de plein fouet les effets du braconnage, mais, eu égard à l'importance de l'abattage illégal (...), même les populations plus nombreuses d'Afrique australe et de l'est sont confrontées à un risque si la tendance n'est pas inversée», s'alarment dans un communiqué commun l'UICN, la Convention sur le commerce international des espèces protégées (Cites) et l'organisation de défense de l'environnement Traffic.

«Le braconnage de l'espèce en Afrique atteint toujours des chiffres très élevés et pourrait entraîner des extinctions locales s'il se poursuit au rythme actuel. La situation est particulièrement préoccupante en Afrique centrale, où le taux estimé de braconnage double la moyenne continentale», a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant