Les élections en Haïti tournent à la mauvaise farce 

le
0
La plupart des candidats à la présidentielle réclament l'annulation du scrutin en raison de «fraudes organisées à haut niveau». De source policière, des affrontements en partisans rivaux ont fait au moins deux morts et plusieurs blessés.

De notre envoyé spécial en Haïti

Il manquait à Haïti un rendez-vous démocratique raté pour accentuer son avance au classement des pays frappés par tous les maux possibles et imaginables de la planète. C'est fait. Après avoir subi cette année un tremblement de terre à 250.000 morts, un typhon, une épidémie de choléra, il s'offre des élections générales avortées et peut-être, demain, des émeutes. Un mouvement planifié de fraudes à grande échelle a poussé 12 des 18 candidats à la présidentielle à exiger, dimanche à la mi-journée, l'annulation pure et simple du scrutin qui avait commencé à l'aube et s'est achevé à 16 heures. Leur demande n'a pas été prise en compte par la Commission électorale provisoire (CPE), qui évoque seulement des dérapages et des incidents mineurs dans ses comptes rendus. Deux villes du nord de l'île ont annulé le vote à la suite de violences. Un centre de Port-au-Prince, où près de 10 000 électeurs étaient attendus,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant