Les élections de 2017 ne devraient finalement pas coûter moins chères que les précédentes

le
5

Selon le gouvernement, la dématérialisation de la propagande électorale permettrait d'économiser 170 millions d'euros sur le coût de l'élection présidentielle de 2017. Mais cette mesure a été rejetée mardi par les députés lors de l'étude du Budget 2017.

Entre ocation d'espace de stockage, embauche de personnel, achat de fourniture ou encore le remboursement des campagnes des candidats, les élections, gérées par l'État, ont un coût non négligeable. (Ici Caen, le 20 avril 2002 - Illustration) ( AFP / MYCHELE DANIAU )
Entre ocation d'espace de stockage, embauche de personnel, achat de fourniture ou encore le remboursement des campagnes des candidats, les élections, gérées par l'État, ont un coût non négligeable. (Ici Caen, le 20 avril 2002 - Illustration) ( AFP / MYCHELE DANIAU )

Cette année encore, les quelque 47 millions d'électeurs en France recevront dans leurs boîtes aux lettres les professions de foi des candidats aux élections présidentielle et législatives. Contre l'avis du gouvernement, les députés ont supprimé mardi 8 novembre à une quasi-unanimité un article du projet de Budget 2017 prévoyant la dématérialisation de la propagande électorale. Comme en 2014 et en 2015.

L'envoi par la Poste et l'impression des professions de foi sont parmi les postes de dépenses les plus élevés, avec le remboursement d'une part des campagnes des candidat, lors des élections présidentielles et législatives, dont le coût est pris en charge pas l'État. Selon la secrétaire d'État à la Formation professionnelle, Clotilde Valter, qui représentait le gouvernement, la dématérialisation aurait permis de réaliser "une économie substantielle de 170 millions d'euros" et un aurait été un "progrès environnemental". Elle a fait également remarquer que l'envoi papier a été supprimé dans la quasi-totalité des pays européens "sans que la vitalité démocratique n'en pâtisse".

"LA DÉMOCRATIE N'A PAS DE PRIX! ADMETTONS AU MOINS QU'ELLE AIT UN COÛT"

Tour à tour, les députés Marie-Lou Marcel (PS), Paul Molac (écologiste réformiste), Philippe Vigier (UDI) ou Véronique Louwagie (LR) ont invoqué "la fracture numérique et générationnelle", les personnes âgées étant les moins utilisatrices d’internet. En outre, une partie de la population ne dispose pas d’internet ou a "un accès précaire à celui-ci en raison de la mauvaise qualité de couverture de leur territoire d’habitation", ont-ils fait remarquer. "La démocratie n'a pas de prix! Admettons au moins qu'elle ait un coût", a lancé le Front de gauche Nicolas Sansu.

Olivier Marleix (LR) a concédé que cette dématérialisation pourrait être admise pour l'élection présidentielle, mais "pas pour les élections législatives où les candidats, notamment des petites formations, sont mal connus". Seul le rapporteur David Habib (PS) s'est dit favorable à la dématérialisation de la propagande électorale. Il a souligné que 10% des circulaires envoyées aux électeurs étaient retournées notamment pour problèmes d'adresses.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • h.floren il y a 4 semaines

    Croire que les francais vont se precipiter sur internet pour voir les professions de foi des candidats est d une grande naivete regarde t ils les pubs de leurs supermarches sur internet ,pas plus !

  • isil92 il y a 4 semaines

    c''est clair les magouilles continuent .. c'est vrai ça une partie de la populations n'a pas internet ? pas de smartphone, pas de wifi dans les macdo ,( d'ailleurs c est quoi un macdo ? ) , ils nous prennent pour des billes .. et même les écolos !!

  • laquitta il y a 4 semaines

    surtout que cela va à la poubelle sans même ouvrir l'enveloppe. C'est du gâchis ces paperasses.

  • jeepinv il y a 4 semaines

    ça m'étonnait que les socialistes aient fait des progrès en gestion des deniers publics

  • isil92 il y a 4 semaines

    prenez nous pour des c o n s, ""la fracture numérique et générationnelle""tout le monde est sur internet mais il ya des copains imprimeurs à faire bosser , on ne veut pas faire faire d"'économies aux français mais s'enrichir vite !