Les Égyptiens craignent le retour de l'État policier

le
0
DÉCRYPTAGE - Forts d'un soutien populaire qu'elles revendiquent, les forces de l'ordre ont désormais carte blanche pour en découdre avec les «ennemis» de la nation.

Correspondante au Caire

La scène mérite d'être relatée tant elle résume le fonctionnement du nouveau pouvoir égyptien. Ce dimanche 28 juillet, au lendemain d'un massacre sans précédent de manifestants islamistes par les forces de sécurité, des dizaines de jeunes policiers en uniforme blanc reçoivent en grande pompe leur diplôme de fin d'étude lors d'une cérémonie retransmise en direct sur la chaîne Nile TV.

Loin d'afficher un quelconque embarras face à la violence de la veille, le général Abdel Fattah al-Sissi, le nouvel homme fort du pays, sert chaleureusement la main des gradés. Képi vissé sur la tête, il crève l'écran à chaque plan serré. À ses côtés, on reconnaît à peine le visage, maladroitement coupé en deux par les caméras, d'Adli Mansour, le président civil par intéri...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant