Les effets du pacte pour la compétitivité se font toujours attendre

le
36
Le 6 novembre, le lendemain de la remise du rapport Gallois, soulignant une nouvelle fois le décrochage de l'industrie française, Jean-Marc Ayrault annonce 35 mesures en faveur des entreprises françaises.
Le 6 novembre, le lendemain de la remise du rapport Gallois, soulignant une nouvelle fois le décrochage de l'industrie française, Jean-Marc Ayrault annonce 35 mesures en faveur des entreprises françaises.

Le contraste est saisissant. D'un côté, un gouvernement qui communique sur le premier anniversaire de son pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi, accouché en urgence au lendemain de la remise du rapport Gallois, le 5 novembre 2012. Et qui veut redonner confiance aux agents économiques. Jean-Marc Ayrault a ainsi fustigé lundi, à l'occasion d'un déplacement à Saint-Étienne, "les discours déclinistes", alors que la France est en train "de remonter la pente". De l'autre, la longue litanie des entreprises en difficulté (FagorBrandt, La Redoute, Tilly-Sabco) ou qui annoncent des suppressions d'emploi (Alcatel-Lucent, Michelin). Comme un symbole, l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois a produit il y a quelques jours sa dernière voiture avant de fermer ses portes. Au-delà d'un effet de loupe médiatique, la situation des entreprises françaises reste toujours préoccupante, malgré le rebond-surprise de la croissance de 0,5 % au deuxième trimestre.

Des défaillances d'entreprises en hausse

Le cabinet Altares de services aux entreprises (développement commercial et gestion du risque financier), qui publie tous les trois mois les chiffres des défaillances d'entreprises, a en tout cas livré des données inquiétantes dans sa dernière parution du mois d'octobre. Qu'on en juge. Au troisième trimestre 2013, 12 790 entreprises ont déposé leur bilan, "un chiffre comparable" à celui de l'été 2009, en plein coeur de la crise financière !...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M363422 le jeudi 7 nov 2013 à 23:49

    Rire..."LE PEDALO NE PASSERA PAS L'ETE" Précision: nous sommes passés à l'heure d'hiver!! Certains ici ne semblent pas très au courant.

  • M3366730 le jeudi 7 nov 2013 à 23:48

    Avec l'équipe de bras cassés que l'on a au GVT et le benêt de FH ce n'est pas étonnant et à par se remplir les poches que font-ils, rien.

  • M3435004 le jeudi 7 nov 2013 à 23:09

    LE BATEAU COULE ! LE PEDALO NE PASSERA PAS L'ETE ! VOUS COMMENCEZ A VOIR LES RATS QUITTER LE NAVIRE !

  • achemena le jeudi 7 nov 2013 à 19:17

    mitterand ca a dure 2 ans ... sarkozy ca a dure 2 ans ... hollande ca a dure meme pas un an ... voila

  • sharks14 le jeudi 7 nov 2013 à 18:48

    Logique quand on fait de la mer.de ça n'apporte rien de mieux.

  • steimbcs le jeudi 7 nov 2013 à 13:35

    Avec hollande, il y a de la croissance! Entreprises qui déposent leur bilan, taxes, impots, chomeurs, primes pour les fonctionnaires qui font couler la baraque. Tout va bie.Il y a quelque jours je parlais avec un patron d'entreprise de formation de haut niveau : plus de subventions (ceux là n'ont qu'à payer leur formation), tout va pour la masse, aux nuls qui resteront nuls.

  • M7403983 le jeudi 7 nov 2013 à 12:29

    En mai 2012, j'ai été étonné qu'une majorité de Français puissent encore croire au Père Noel !! A leur âge, tout de même ... je le soupçonne de vouloir sortir encore de la cheminée (attention à l'enfumage) le mois prochain avec plein de promesses et de chèques en bois dans sa hotte !!

  • frk987 le jeudi 7 nov 2013 à 12:16

    On arrive à la fin des enfumages socialos dont ce pacte à la c..

  • klein44 le jeudi 7 nov 2013 à 12:12

    chiffres tronqués - discours mensongers - et les entreprises profitent du cice sur le dos des salariés (qu ont fout a la porte) bravo la france - bravo le gvt -

  • p-mart le jeudi 7 nov 2013 à 12:10

    Bourdin est très nettement a gauche, faut voir la différence entre une interview d'un gauch-iste et d'un droitiste et je ne parle pas du fn.