Les effets de changes pèsent sur le bénéfice de General Motors

le
0
 (Actualisé avec précisions sur les résultats, cours de Bourse) 
    par Bernie Woodall et Joseph White 
    DETROIT, 7 février (Reuters) - General Motors  GM.N  a 
annoncé mardi un recul de son bénéfice net au quatrième 
trimestre en raison notamment d'une perte de changes de 500 
millions de dollars et le constructeur automobile américain a 
dit s'attendre pour 2017 à un bénéfice par action stable ou en 
légère hausse. 
    Le bénéfice net au quatrième trimestre a chuté à 1,8 
milliard de dollars (1,69 milliard d'euros), ou 1,19 dollar parc 
action, contre 6,3 milliards, soit 3,92 dollars par action, un 
an plus tôt. 
    Hors exceptionnels, le résultat net a atteint 2,4 milliards 
de dollars, soit un BPA de 1,28 dollar, en baisse de 14% sur un 
an. Ce résultat ajusté est néanmoins supérieur aux attentes des 
analystes, qui prédisaient un BPA de 1,17 dollar. 
    La prévision de BPA ajusté pour l'ensemble de 2017 a été 
fixée dans une fourchette de 6,0 à 6,5 dollars, contre 6,12 
dollars en 2016. 
    L'action GM a ouvert en baisse de 2,5% sous 36 dollars à 
Wall Street à la suite de la publication de ces résultats. 
    L'essentiel de l'effet de changes provient de la 
dépréciation de la livre sterling consécutive au vote 
britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne, a 
précisé GM. 
    Le directeur financier Chuck Stevens a dit que le 
constructeur ne s'attendait pas à ce que ses activités en Europe 
soient rentables cette année mais qu'il ferait en sorte d'y 
parvenir en 2018. 
    GM pense que son bénéfice a été limité en 2016 par le 
lancement de plusieurs modèles alors que les automobilistes 
délaissent de plus en plus les berlines au profit des SUV. 
    La marge ajustée du constructeur au quatrième trimestre en 
Amérique du Nord a reculé à 8,4% contre 10% un an plus tôt. Sur 
l'ensemble de l'année, elle s'est établie à 10,1% contre 10,3% 
en 2015. 
    Les stocks de véhicules invendus chez ses concessionnaires 
aux Etats-Unis ont bondi d'un tiers à 845.000 unités à fin 2016. 
    D'après Chuck Stevens, GM a augmenté ses stocks avant les 
lancements de nouveaux modèles et il a l'intention de les 
réduire cette année. 
    Il a ajouté que le constructeur continuait d'évaluer 
l'impact potentiel des barrières douanières que menace d'imposer 
le nouveau président américain Donald Trump aux produits 
importés aux Etats-Unis. 
    "Nous soutenons une réforme fiscale qui renforcerait la base 
industrielle des Etats-Unis. Une taxe frontalière en fait 
partie", a-t-il dit. 
 
 (Bertrand Boucey, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant