Les écosystèmes terrestres en voie d?effondrement

le
0
Les écosystèmes terrestres en voie d?effondrement
Les écosystèmes terrestres en voie d?effondrement
Une équipe de 18 chercheurs, dont un professeur de l'Université Simon Fraser (SFU) à Vancouver, prédit un effondrement imminent et irréversible des écosystèmes de la planète.

L'étude des écosystèmes par la SFU de Vancouver a été publiée le mois dernier dans Nature. L'article « Approaching a state-shift in Earth's biosphere », fait en effet état de l'accélération de la perte de biodiversité, la dégradation générale de la nature, les fluctuations climatiques de plus en plus extrêmes, l'interconnexion grandissante des écosystèmes et le changement radical du bilan énergétique global.

Selon les chercheurs, à force, l'état planétaire pourrait subir un basculement entraînant par la suite un effondrement des écosystèmes de la Terre. « Le dernier point de basculement dans l'histoire de la Terre est apparu il y a 12 000 ans, lorsque notre planète est passée de l'âge de glace, qui a duré 100 000 ans, à un état interglaciaire », explique Arne Mooers, l'un des auteurs de l'article et professeur de biodiversité à la SFU. « A ce moment, des changements biologiques les plus extrêmes menant à notre état actuel sont apparus en seulement 1000 ans. C'est comme passer de l'état de bébé à l'âge adulte en moins d'une année », a-t-il ajouté. L'inconvénient est qu'actuellement, le changement se produit beaucoup plus rapidement.

« Lorsque le seuil sera atteint, ce sera un point de non-retour »

Un système ne peut pas passer d'un état à l'autre sans épuisement. « La planète ne possède pas la mémoire de son état précédent », explique le chercheur. Les activités humaines modifient le bilan radiatif de la Terre en émettant des gaz à effet de serre. Cette transformation présente un risque très élevé de basculement brutal du système climatique vers un nouvel état d'équilibre dans lequel la population devra s'adapter. D'après l'étude, une transformation de la Terre de plus de 50% de sa surface serait irréversible. Nous avons déjà atteint 43% de ces changements, en modifiant les paysages en zones agricoles et urbaines. Des conclusions plus qu'inquiétantes pourl'environnement et pour l'humanité.
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant