Les Ecopla veulent mener leur barque

le , mis à jour à 08:53
4
Les Ecopla veulent mener leur barque
Les Ecopla veulent mener leur barque

Huit mois qu'ils déploient l'énergie du désespoir pour reprendre leur usine et sauver leurs emplois. A Saint-Vincent-de-Mercuze, petite commune de 1 200 âmes située en Isère au pied du massif de la Chartreuse, les ex-salariés d'Ecopla, seul fabricant français de barquettes d'aluminium pour le secteur alimentaire, sont prêts à déplacer des montagnes pour réaliser leur rêve.

 

« Il y a une solidarité formidable entre nous, clame Karine Salaün, ex-assistante commerciale d'Ecopla. On a passé des nuits dans l'usine pour surveiller nos machines, sollicité les politiques et sensibilisé la population de la vallée à notre combat. 55 000 € de dons ont été recueillis. Pas question de mourir comme ça, alors que l'on a tous les atouts pour continuer à vivre. »

 

Le 24 février dernier, cette entreprise de 77 salariés, contrôlée par Jerry Ren, un actionnaire sino-australien à la gestion défaillante, est placée en redressement judiciaire. Trois semaines plus tard, c'est la liquidation judiciaire. Une douche froide pour le personnel qui pourtant se remobilise très vite. Objectif : reprendre l'entreprise à travers une Scop (société coopérative et participative).

 

Mais le 16 juin, contre toute attente, le tribunal de commerce de Grenoble choisit l'italien Cuki Cofresco, un concurrent d'Ecopla. Alors que 25 ex-salariés d'Ecopla proposaient 100 000 € pour reprendre l'usine, l'italien a mis, lui, 1,5 M€ sur la table. Pas pour sauver des emplois. Juste pour racheter les moules et les machines.

 

« Les juges ont préféré l'argent frais des Italiens, se désole Christophe Chevalier, ex-délégué CGT d'Ecopla. Cela leur permet de dédommager des créanciers plutôt que de privilégier un redémarrage de l'usine par des salariés motivés à sauver leurs emplois. Nous sommes écœurés. C'est nous qui avons conçu nos moules, nos machines. C'est tout un savoir-faire qui risque de partir à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 4 mois

    Moins l'Etat se mêle des affaires, mieux elles se porteront.

  • bugsan il y a 4 mois

    Des TGV qui roulent à 50kmh c'est la nouvelle idée géniale du gouvernement. Bientôt des ponts au dessus de rien.

  • a.mabire il y a 4 mois

    ils devraient fabriquer des tgv, il va ya voir un marché fleurissant et lucratif puisque sans appel d'offre.

  • lorant21 il y a 4 mois

    et pendant ce temps là, le contribuable va dépenser 400 millions en trains inutiles pour sauvegarder 400 emplois à Belfort. Là avec 1 million, il sauvegardait peut-être 77 emplois.