Les économistes français ont déterré la hache de guerre

le
1
L'économiste français Thomas Piketty à Paris. (© E. Piermont / AFP)
L'économiste français Thomas Piketty à Paris. (© E. Piermont / AFP)

Un livre au titre délibérément provocateur a déclenché les hostilités : «Le Négationnisme économique», un pavé dans la mare jeté par les économistes français Pierre Cahuc et André Zylberberg, paru en septembre chez Flammarion.

«La réaction a été violente, car nous sommes dans le domaine de la politique», a expliqué M. Cahuc, qui dénonce le groupuscule des Economistes atterrés, «qui se revendique comme politisé» – en clair à gauche – et qui conteste notamment les recettes néolibérales défendues par ses rivaux orthodoxes.

Le débat s'est aussitôt enflammé. «Un pamphlet aussi violent dans le ton qu'il est médiocre sur le fond», ont réagi officiellement les Economistes atterrés dans un communiqué.

Et même ceux qui n'étaient pas pointés du doigt directement sont montés sur les barricades, à l'image de l'économiste Thomas Piketty, homme de gauche, qui juge «bête et méchant» le livré écrit par ses confrères : «Il appelle à se débarrasser des négationnistes. C'est un vocabulaire d'une violence inouïe.»

Un terme qui «colle bien» au débat économique

Le mot «négationniste» ne passe pas chez des économistes qui s'indignent de l'utilisation d'une expression renvoyant à ceux niant l'utilisation des chambres à gaz pendant la Seconde Guerre mondiale.

Une accusation rejetée par MM. Cahuc et Zylberberg. Pour eux, le négationnisme est

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Leo57 il y a un mois

    La pensée de M. Piketty est déjà à l'oeuvre dans la réforme récente de l'allocation logement, désormais conditionnée au revenu, même fictif, du patrimoine de l'allocataire.